Accueil > Archives > Développement Durable, Le Monde, Actu-Environnement, Le Journal du (...)

Développement Durable, Le Monde, Actu-Environnement, Le Journal du Dimanche

mercredi 25 février 2009

Le développement durable dans l’antichambre du salon de l’agriculture

© www.corse matin.com

Le 46e Salon International de l’Agriculture (SIA) a ouvert ses portes à Paris, le samedi 21 février 2009. Cette édition est placée sous le signe du développement durable, comme on peut le penser à la lecture de son intitulé : « Génération agriculture : produire aujourd’hui, nourrir demain, respecter toujours ». Alors que les médias se font l’écho des déclarations des nombreuses personnalités venues au salon, nombre d’agriculteurs attendent surtout des engagements concernant leur filière. Depuis la Politique Agricole Commune, dont il faut préparer la réforme de 2013, jusqu’aux subventions des exploitations bio, les sujets à aborder ne manquent pas.

La PAC est encore une fois sur les devants de la scène. Les négociations, en novembre 2008, des 27 ministres européens de l’Agriculture sur sa réforme ont laissé des traces. Michel Barnier, ministre de l’Agriculture, a plaidé lors de sa visite le 22 février « pour une PAC plus équitable, et prévoit de rééquilibrer les soutiens au profit des laissés-pour-compte du système, notamment l’élevage ovin, l’agriculture de montagne ou la bio » rapporte Laetitia Clavreul pour Le Monde. Le plan "Objectif Terre 2020" a également été dévoilé par le ministre : « ce plan constitue une réponse d’ensemble à la double nécessité de produire plus et de produire mieux ». Michel Barnier a identifié cinq défis à relever que l’on peut lire dans Actu-Environnement : « mieux utiliser une eau qui se raréfie, contribuer à la restauration du bon état écologique des eaux, préserver la richesse de la biodiversité et des paysages, protéger les sols agricoles et mieux maîtriser l’énergie afin de lutter contre le réchauffement climatique ». De son côté, le site Développement Durable rapporte les propos de Jean-Luc Poulain, le nouveau président du SIA : « nous ne pouvons plus produire comme nous l’avons longtemps fait : dans l’insouciance des limites du monde, dans l’oubli du réchauffement climatique et de l’épuisement de nos ressources ».

Une « agriculture économiquement productive et écologiquement responsable »

Autre invité d’honneur : l’agriculture biologique. Intégrer le bio au contenu des assiettes reste une des thématiques fortes du moment. Même si « la France doit importer 50% des produits bio ingérés (ou consommés sous forme de cosmétiques) », comme on peut le lire dans le Journal du Dimanche, la filière se développe. Ainsi l’objectif de « 20% des repas servis dans les collectivités publiques (ministères, cantines...) labellisées bio » s’accompagne-t-il d’aides aux producteurs : « auparavant, un céréalier n’avait pas intérêt à se convertir car les aides étaient plafonnées à 37 hectares, maintenant c’est illimité » explique au journal Henri Thépaut, Président de la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (Fnab). L’économie au secours de la filière ? « La maladie du bio, malgré l’intérêt croissant qu’il suscite, est d’être le parent pauvre de l’agriculture française » écrit le Journal du Dimanche. Avec 2% de sa surface agricole consacrée à l’agriculture biologique, la France est en effet bien loin de pouvoir satisfaire la demande croissante pour ces produits, et la « rareté » de cette production joue sur les prix affichés en rayon.
Finalement, le développement durable n’a pas encore eu pleine tribune et demeure le grand absent de ce salon de l’agriculture, même si il y incarne, selon les médias, le premier rôle.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences. 25 février 2009.

Sources :

Top