Accueil > Archives > Cassandre, Mai-Juin 2003

Cassandre, Mai-Juin 2003

mercredi 25 juin 2003

Où en est l’espace rural ? La surface occupée des zones urbaines et péri-urbaines ne cesse d’augmenter. 60% de la population française vit dans un espace qui ne représente que 8% du territoire de l’Hexagone. Sauf à survivre grâce au tourisme ou à l’artisanat, il n’existe plus de monde rural à proprement parler. De nos jours le monde rural se divise entre gros propriétaires et néo-ruraux. Les occupants des résidences secondaires veulent tous les équipements de proximité et le chant des oiseaux dans la verte campagne. Situation cocasse : les agriculteurs veulent vendre des terrains constructibles et les néo-ruraux refusent d’abîmer "leur" paysage.
Par ailleurs, les urbains ont une vision déformée du rural. L’INSEE le précise : appartiennent au monde rural les communes qui ne sont ni "multipolarisées" ni "couronnes périurbaines" ni "pôles urbains". La distinction s’effectue en nombre d’emplois. Aujourd’hui les urbains qui s’intéressent à la campagne commencent à se préoccuper des espaces agricoles qui leur sont propres. L’équpe "agriculture urbaine" de l’Ecole nationale du paysage de Versailles estime que seule l’agriculture peut structurer le monde urbain. Les zones agricoles représentent des coupures vertes qui structurent le paysage. La coupure ville-campagne serait-elle dépassée ?


Voir en ligne : L’agriculture urbaine sur le site de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles

Top