Accueil > Archives > Atlas mondial, le Figaro, la France agricole, RFI, The Canadian Press, (...)

Atlas mondial, le Figaro, la France agricole, RFI, The Canadian Press, zegreenweb.com

vendredi 29 avril 2011

Flambée des prix et pollution radioactive : plus c’est fou, moins on "riz"

Dans la quasi-totalité des langues d’Asie orientale, manger se dit « manger le riz », et la riziculture marque autant les paysages que l’imaginaire, du Vietnam aux hautes terres d’Hokkaido au Japon (Atlas mondial des cuisines).
Autant dire que les bouleversements économiques et environnementaux à l’œuvre, dans cette région, auront autant d’impacts sanitaires que culturels.
D’après l’ADB (la Banque asiatique de développement), cité dans le Figaro, l’inflation sur les produits alimentaires, qui était de 10% début 2011 dans les pays d’Asie en développement, risque de faire basculer 64 millions de personnes dans l’extrême pauvreté. La Banque craint aussi que le prix du riz, alimentation de base pour 3,3 milliards de personnes en Asie (soit la moitié de la population de la planète), continue de grimper, poussant les plus pauvres à se tourner vers des denrées moins chères, mais moins nutritives.
Un article de la France Agricole confirme que le prix du riz est entraîné par l’emballement général des prix alimentaires et que, selon la FAO, il atteint des records au Bangladesh et en Indonésie. Conséquence : la crainte et l’inquiétude envahissent les pays membres de l’ASEAN(1) , l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, sans oublier la Chine, le Japon et la Corée du sud. D’ailleurs, ces trois pays vont mettre en réserve quelque 720 000 tonnes de la fameuse céréale, pour faire face à l’impact de la flambée des prix. Focus sur un petit grain qui fait beaucoup parler de lui dans cette revue de presse de la Mission Agrobiosciences.

Et comme un malheur n’arrive jamais seul…
Et comme un malheur n’arrive jamais seul, au Japon (appelé aussi par les japonais eux-mêmes le pays du riz abondant), l’exploitation du riz est interrompue sur les sols jugés trop radioactifs, selon Claire Fages, chroniqueuse sur RFI. Du coup, depuis le tsunami, le pays du Soleil Levant, habituellement très généreux en termes d’aide alimentaire internationale, doit accepter à son tour de recevoir du riz de Thaïlande.

Asie : le continent de tous les records
Avec près de 4 milliards d’habitants, le continent asiatique est le plus peuplé. Il est aussi le plus grand, avec une superficie de 44 millions de km2, soit 8,6% de la surface totale terrestre. Autres records : il détient, avec l’Everest qui culmine à 8 849,87 m, le sommet le plus haut du monde, et, à l’inverse, l’altitude la plus basse, ave la mer Morte et ses - 417 m.
Et puis, il y a Jirouemon Kimura… L’actuel recordman de longévité vient juste de fêter ses 114 printemps (The Canadian Press).
Penchons-nous sur les habitudes alimentaires de ce Japonais. Chaque matin, Jirouemon Kimura commence sa journée par un petit déjeuner traditionnel : poisson grillé, haricots rouges et riz à la vapeur (céréale sacrée dans ce pays). De là, à associer la super-longévité du super-centenaire (on appelle ainsi les personnes qui ont plus de 110 ans) à son régime alimentaire, il n’y a qu’un pas…

Du riz bio pour sauver le Monde ?
Dans le livre 80 hommes pour changer le monde, Sylvain Darnil et Mathieu Le Roux (JC Lattès édition, 2006) racontent l’histoire de Takao Furuno, agriculteur japonais, qui voulant nourrir le monde, recommande la pratique culturale ancestrale de riz bio. Le principe : cette technique consiste à élever des canards dans les rizières. En se nourrissant des nombreux insectes susceptibles d’endommager ces champs inondés, les palmipèdes remplacent efficacement les pesticides. Mieux, leurs déjections fertilisent le sol, remplaçant à moindre coût et écologiquement les fertilisants chimiques. Avec ce résultat : augmentation de la production du riz, baisse des coûts et décor bucolique garanti. L’histoire ne dit pas ce qu’est devenu Takao Furuno depuis la catastrophe au Japon.
Dans la conjoncture actuelle, la flambée des prix et le risque de pollution nucléaire, le petit grain aux grandes vertus se trouve aujourd’hui menacé. Comme le disait Coluche, « Plus on est de fous, moins il y a de riz. ».

(1) L’ASEAN a été fondée par cinq États, principalement de l’Asie du Sud-Est maritime : Philippines, Indonésie, Malaisie, Singapour, et Thaïlande. Le Brunei les rejoint après son indépendance du Royaume-Uni en 1984 , le Vietnam en 1995, suivi du Laos et de la Birmanie en 1997 et du Cambodge en 1999.

Revue de presse d’Amine Marouki, étudiant à l’IUT Paul Sabatier, et de la Mission Agrobiosciences, 29 Avril 2011

SOURCES :

Top