Accueil > Archives > AFP, La Tribune, L’Express, La France Agricole

AFP, La Tribune, L’Express, La France Agricole

mercredi 31 mars 2010

Agriculture. Le juste prix du lait enfin trouvé ?

La situation des producteurs laitiers est-elle en passe de se dénouer ? C’est ce que laisse supposer l’accord trouvé ce mardi 30 mars 2010 à l’issue de la réunion de la filière laitière au Ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche. Cette réunion tripartite à laquelle participaient le gouvernement, les producteurs et les industriels, visait à définir le pourcentage de hausse du prix d’achat du lait aux producteurs. Un pourcentage qui faisait l’objet d’un véritable bras de fer entre producteurs et industriels depuis près de deux semaines. L’accord finalement trouvé devrait offrir un moment de répit aux producteurs. Sans compter qu’il s’accompagne de plusieurs annonces en faveur de ce secteur, tant au niveau national qu’européen.

Un compromis presque parfait

C’était là un compromis adopté le 3 juin dernier : « la hausse de 5,5% à 5,8% du prix de base du lait au deuxième trimestre par rapport à la même période un an plus tôt ». Comprenez que, au premier avril 2010, le prix payé au producteur devait être augmenté de 5,5% par rapport à celui payé à la même période en 2009. Reste que ledit compromis n’était plus du goût de tous. Comme le rappelle l’AFP, depuis le 18 mars dernier, la filière était « engagée dans un bras de fer » sur le montant de cette hausse, les industriels réclamant « un alignement des prix du lait en France sur ceux pratiqués en Allemagne, estimés 15% moins cher  ». De son côté, la FNSEA demandait aux industriels de respecter les engagements pris initialement au motif que « les revenus annuels des producteurs laitiers [avaient] chuté de plus de la moitié en 2009 pour atteindre les 9 000€, bien en-dessous du Smic  ».
Loin de se dénouer, les tensions commençaient à se manifester au-delà des joutes verbales. Suite à l’appel de la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL), une branche de la FNSEA, plusieurs actions ont été menées la semaine dernière à l’encontre des entreprises opposées à cette hausse de prix, à l’image du blocage du siège social du groupe laitier Lactalis.
Tensions, inquiétudes des producteurs, absence d’entente sur le montant du prix payé à la "veille" du 1er avril 2010.... C’est dans ce contexte que le ministre de l’alimentation Bruno Le Maire a convoqué ce mardi 30 mars une réunion tripartite (gouvernement, producteurs et industriels) pour « sortir de l’impasse ». Tout en précisant qu’il souhaitait que le compromis élaboré en juin soit « respecté ».
Et c’est bien dans le respect de ce dernier que l’accord a été trouvé.

Indices en cascade

Selon l’AFP, à l’issue de cet accord, « producteurs et industriels devraient (...) ouvrir des négociations destinées à fixer de nouveaux indices, bases de calcul du prix du lait ». Ces dernières, qui doivent être finalisées avant le 31 mai, portent sur plusieurs types d’indices si l’on en croit la Tribune et l’Express. Selon le premier, « un indice des coûts de production [devrait] être mis en place pour déterminer les différents paramètres du coût du lait pour un producteur français ». A cet indice relatif au coût de production, s’adjoint un second sur la valorisation des produits, précise l’Express. Ce n’est pas tout. Car, selon ce dernier, « en contrepartie, les industriels ont obtenu que la filière négocie d’ici fin mai un indice sur l’écart des prix avec l’Allemagne ». Les indices pleuvent... et les négociations ne font que commencer.

Changement de cap pour l’UE

Parallèlement à la situation nationale, le contexte au sein de l’Union évolue également. Un changement de cap, pourrait-on dire, que détaille La France Agricole. Ainsi, le vendredi 26 mars dernier, le Commissaire européen à l’agriculture Dacian Ciolos a annoncé « un paquet de mesures en faveur du secteur laitier pour la fin de l’année ». Précisons que celles-ci ne seront pas « à caractère budgétaire mais à caractère réglementaire » et qu’elles seront définies « sur la base des conclusions d’un groupe d’experts » constitué à l’automne 2009 suite à la crise du lait. Côté français, l’annonce a été entendue comme un « signal positif » à la demande du gouvernement français « d’une plus grande régulation des marchés agricoles, et de celui du lait en particulier ».

Revalorisation des prix d’achat au 1er avril ; négociations interprofessionnelles au sein de la filière laitière française prévues jusqu’à la fin mai ; publication du rapport des experts européens fin juin ; mesures à caractère réglementaire programmées d’ici la fin 2010. Voici quelques échéances à suivre dans cette affaire laitière...

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 31 mars 2010

Sources

Top