Accueil > Archives > 5 octobre 2007 ; La Dépêche du Midi

5 octobre 2007 ; La Dépêche du Midi

lundi 8 octobre 2007

Grenelle : Où est passé le Grand Sud ? Dans La Dépêche du Midi du 5 octobre 2007, Pascal Jalabert nous apprend que le site de Midi-Pyrénées a été ignoré des consultations régionales du Grenelle de l’Environnement. Une erreur ? Un oubli ? Le Ministère a opté pour « des villes et des préfectures volontaires ». Une source proche du Ministère avoue : « En Midi-Pyrénées, trop de sujets risquaient de transformer Grenelle en foire d’empoigne ». Ours, OGM, AZF des sujets qui font peur peut-être. La consultation se déroulera donc à Perpignan le 12 octobre. Dans une interview au quotidien toulousain Jean-Louis Borloo, Ministre de l’Ecologie et des Transports précise que « Périgueux et Perpignan ne sont pas loin. L’organisation n’incombe pas au ministère ». « On risque d’assister à un débat languedocien sur les énergies nouvelles ou la mer » dit Josée Cambou, secrétaire général d’Uminate. Pour se rendre dans la capitale du Roussillon les lotois ou les bigourdans devront dépenser 30 litres de carburant pour participer aux discussions. Y parlera-t-on de l’ours, des OGM et de la chimie ? Dans son billet, Pascal Jalabert observe : « En éliminant Midi-Pyrénées, le ministre de l’Ecologie a sans doute voulu appliquer le principe de précaution. Faut pas fâcher, faut pas gâcher la belle opération de com avec des ours mal lâchés et du transgénique gênant. Face à l’urgence écologique, la priorité reste le politiquement correct. ». Rappelant que ce n’est pas la première fois que Midi-Pyrénées est oublié par Paris, Pascal Jalabert conclut : « 40 ans après, c’est courage fuyons le débat vert. Mais gare à Perpignan : cacher ce qui fâche peut tout gâcher. » La page de la Dépêche du Midi rappelle les sujets qui font peur : les OGM, l’ours, AZF, les toros et Charlas. Martin Malvy, Président de la région Midi-Pyrénées note que « le choix d’un débat dans chacune des 22 régions, c’était plus logique que prendre 15 villes. (…). Toulouse et Midi-Pyrénées méritaient d’accueillir ce débat ; sans doute certains sujets font-ils peur ». Jean-Louis Cazaubon, président de la chambre régionale d’agriculture se dit surpris d’une telle décision : « Sommes-nous considérés comme un secteur « sensible » ? Et Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique et social fait part de son « immense déception ».

Top