Accueil > Archives > 31 août 2004, Le Figaro

31 août 2004, Le Figaro

mardi 31 août 2004

Les polémiques scientifiques renouvellent la politique. A l’issue d’un colloque international organisé à l’Ecole des Mines de Paris, le philosophe et sociologue Bruno Latour se félicite de "la fin de la modernité à l’ancienne". La montée du principe de précaution ne signifie pas la mort du progrès, mais "la fin de l’insouciance du progrès", explique-t-il dans une interview au Figaro. Tout en se définissant comme un "opposant politique" à José Bové sur la question des OGM, il refuse de rejeter les arguments des anti-OGM dans l’idéologie et l’irrationalité scientifique. "On fait de ces polémiques des preuves d’obscurantisme ou d’irrationalité au lieu de s’en servir pour renouveler la politique (...) il est sain et même démocratique que ce qui nous concerne tous soit discuté partout", estime Bruno Latour.


Voir en ligne : Présentation du cours de "controverses" animé par Bruno Latour à l’Ecole des Mines de Paris

Top