Accueil > Archives > 30 mars 2006, Le Figaro, Midi-Libre, La Dépêche du Midi, Le Nouvel Obs, (...)

30 mars 2006, Le Figaro, Midi-Libre, La Dépêche du Midi, Le Nouvel Obs, Libération et Alice/Tiscali

jeudi 30 mars 2006

Mettre de l’eau (du jus, du sucre) et des copeaux dans son vin. Le ministre de l’agriculture, Dominique Bussereau, a présenté mercredi soir à huis clos son "plan de stratégie nationale de développement pour la viticulture", inspiré des conclusions du rapport Pomel. Les grandes lignes du rapport remis quelques jours plus tôt au ministre par le préfet Bernard Pomel, ancien directeur général de l’administration du ministère, étaient présentées le jour-même dans Le Figaro. « Les mesures d’accompagnement social s’apparentent à un plan de reconversion industrielle comme on a en connu dans la sidérurgie ou le textile », notent les journalistes du Figaro. Le Midi Libre relate aujourd’hui que les participants à la réunion en sont ressortis avec « des sentiments partagés » et que le plan du ministre a été « accueilli sans enthousiasme ». Le quotidien régional de Montpelllier proposait la veille une interview de Bernard Pomel, accessible sur le dossier spécial consacré à la crise viticole mis en ligne sur son site internet. Il met surtout en avant la proposition d’organiser le secteur en dix grands bassins de production et souligne que Languedoc-Roussillon est « le comité de bassin le plus avancé ». La Dépêche du Midi retient du plan « un goût de copeaux et de mondialisation ». « Dans les cuves, l’utilisation de copeaux de chênes, pratique courante dans les wineries du nouveau monde, serait autorisée pour toutes les catégories », expliquent Christian Gouthorbe et Pierre Sauvey. L’autorisation des copeaux est aussi la mesure retenue par le site du Nouvel Observateur, qui diffuse une dépêche de l’agence AP pour détailler le plan. « A l’export, l’addition de copeaux permettrait de donner un goût qui plait aux consommateurs étrangers », explique Denis Verdier, patron de la Confédération des coopératives viticoles, dans une interview publiée sur le site de Libération. Il ajoute même : « pourquoi s’interdire d’ajouter aux vins grand public des jus de fruit et du sucre ? » Une courte analyse non signée ni sourcée, parue le 13 mars dernier sur le portail du fournissseur d’accès Alice/Tiscali, filiale française de Telecom Italia alimenté généralement en informations par l’agence Reuters, rappelle qu’en vertu de l’accord « historique » finalement signé entre l’Europe et les USA, « les Européens ont accepté de reconnaître la pratique œnologique du "mouillage", qui consiste à allonger le vin avec de l’eau pour en faire baisser le titre alcoolique ». « D’autres procédés de fabrication interdits en Europe mais répandus outre-atlantique sont aussi acceptés, comme l’introduction de copeaux de bois dans les barriques pour accentuer le goût bois du vin », ajoutait cet article.


Voir en ligne : Le rapport Pomel est accessible sur le site du ministère de l’agriculture (40 pages, format pdf)

Top