Accueil > Archives > 3 janvier 2008, Libération, Le Figaro

3 janvier 2008, Libération, Le Figaro

lundi 7 janvier 2008

OGM : pendant que José Bové fait la grève de la faim, Nathalie Kosciusko-Morizet se veut circonspecte. Et la recherche dans tout ça ? José Bové se met en grève contre les OGM. Ce n’est pas parce qu’il a trop mangé lors du réveillon de fin d’année que l’ex-candidat antilibéral s’en va en grève de la faim. Il jeûne parce qu’il accuse le Gouvernement de ne pas tenir ses promesses au sujet de "l’activation par la France de la clause de sauvegarde européenne sur le maïs OGM Mon 810, le seul OGM cultivé et commercialisé en France" comme l’écrivent Matthieu Ecoiffier et Guillaume Launay de Libération. Les grévistes du quartier de la Bourse demandent un engagement écrit de la part du Gouvernement : "la copie du texte de la clause de sauvegarde, pas une nouvelle promesse verbale". José Bové renchérit, toujours d’après Libération : "la clause de sauvegarde a pourtant été rédigée, elle existe, j’ai même reçu un SMS de la ministre me disant que c’était à la signature". Et il ajoute : "le texte présenté par le ministère de l’Ecologie a été retoqué sous la pression de Barnier, des lobbies de la FNSEA et des semenciers. Un deal arbitré par François Fillon. Depuis, le gouvernement est dans une sorte de pataquès bizarroïde. Ils essaient d’endormir les gens." Pourtant José Bové se veut "honnête jusqu’au bout. Après le discours de Sarkozy à la fin du Grenelle, j’ai salué les avancées sur France Inter. Mais il faut aussi dire quand ça va dans le mauvais sens. Et agir." Toujours dans le journal Libération et pour venir appuyer l’action de José Bové, Jean-Marie Loury, paysan, membre du Collectif des faucheurs volontaires d’OGM, déclare dans une interview réalisée par Eliane Patriarca : "les intérêts des paysans passent encore après ceux des semenciers", et plus loin : "Il y a déjà eu 20000 hectares de maïs OGM semés en 2007 en France. Pour nous, l’urgence c’est d’obtenir l’assurance qu’il n’y aura plus d’OGM plantés en 2008." Dans Le Figaro, la Secrétaire d’Etat, Nathalie Kosciusko-Morizet assure, dans une interview à Marielle Court que "les conclusions du "Grenelle de l’environnement" soulèvent plusieurs problèmes liés aux OGM dont la question de la dissémination." Elle ajoute que "Les engagements du "Grenelle" et ceux du président de la République seront respectés. Mais il faut des éléments scientifiques nouveaux." D’où le gel des cultures jusqu’au 9 février tant critiqué par les opposants aux OGM et la mise en place d’une haute autorité, laquelle doit se prononcer incessamment sous peu. Ce qui fait dire à la Secrétaire d’Etat : "nous ne pouvons pas nous précipiter. (...). Ce qui est sûr, c’est que la décision interviendra avant la fin janvier." A la question : Etes-vous favorable ou opposée aux OGM ? NKM répond : "Je ne suis pas opposée à la technologie ce serait stupide de ma part, mais il faut être attentif. (...). Une opposition idéologique est absurde, mais il y a lieu d’être circonspect."
En cette période de voeux, Jean-Luc Nothias dans sa chronique du Figaro du 2 janvier pose la question : "Quel voeu formuler à un chercheur ?". Où l’on apprend à la lecture de cette chronique que souvent les chercheurs trouvent ce qu’ils ne cherchaient pas. Et comme l’écrit l’auteur de la chronique "encore ne faut-il pas passer à côté." Alors que souhaiter ? "La curiosité, l’habileté, l’intuition, le savoir-faire, la compréhension, le hasard..." Nous apprendrons que souvent l’accident fait le larron et que les anglo-saxons utilisent le terme de "serendipity" pour montrer que les chemins de la recherche sont parfois impénétrables qu’"il y a mille façons d’y arriver ou de s’y perdre".


Voir en ligne : Accéder à tous les Entretiens et Publications : OGM et Progrès en Débat. Des Points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Top