Accueil > Archives > 3 février 2006, Libération, L’Usine nouvelle et Le Devoir (Québec)

3 février 2006, Libération, L’Usine nouvelle et Le Devoir (Québec)

vendredi 3 février 2006

Moins de pub alimentaire. Les publicités pour les produits alimentaires se mettent au régime. Les investissements publicitaires dans le secteur de l’alimentation ont reculé de 161 milions d’euros (-8,5%) en 2005 en France, signale Libération qui se base sur une étude de l’institut TNS Media Intelligence. La journaliste Catherine Mallaval note que la chute est particulièrement sensible sur les chips (-30%), les sauces cuisinées (-37%) et les barres céréales(-40%). « D’ici à six mois, toutes les publicités portant sur des produits alimentaires manufacturés ou des boissons sucrées devront porter des messages d’avertissement comme « évitez le grignotage », ou encore « pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé » », signale pour sa part le magazine spécialisé L’Usine Nouvelle. La remise en cause des publicités dans la lutte contre l’obésité n’est pas limitée à la France. « La pub rend-elle trop gros », s’interroge en (gros) titre le quotidien canadien Le Devoir. Mais cette prise de conscience n’explique pas à elle seule le recul de la publicité alimentaire en France. La journaliste de Libération explique que les budgets publicitaires ont suivi la baisse des prix dans la grande distribution voulue par la loi Sarkozy et souligne « une certaine tendance du consommateur à manger du « discount » pour mieux claquer son argent en téléphonie, Internet. ».


Voir en ligne : Le site de TNS, qui se définit comme "leader de la veille média en Europe"

Top