Accueil > Archives > 3 février 2005, Le Figaro, France2, Mutations et Le Messager (Caméroun)

3 février 2005, Le Figaro, France2, Mutations et Le Messager (Caméroun)

jeudi 3 février 2005

Recherche contre le sida : volontaires au Nord, cobayes au Sud ? L’essai d’un vaccin préventif contre le sida a été suspendu « par précaution », annonce Le Figaro. Le journal explique que c’est l’apparition, aux États-Unis, d’une maladie neurologique chez un volontaire qui a entraîné l’arrêt des tests de la molécule , également évaluée en France. Le journaliste, Cyrille Louis, parle de « coup de tonnerre ». Michel Kazatchkine, le directeur de l’Agence nationale de recherches sur le sida (ANRS), explique dans une interview qu’il a lui-même décidé de cette suspension, le 24 décembre dernier, et que les réunions d’experts se multiplient afin de savoir si on reprend l’essai ou pas. « Si je n’ai pas le feu vert de l’Afssaps dans quinze jours, je prendrai la décision d’arrêter l’essai « ANRS VAC 18 » pour de bon et j’organiserai une réunion avec les volontaires afin de les en informer », prévient M.Kazatchkine. Le Figaro publie également le témoignage d’un volontaire, qui se dit « surpris » mais « serein ». Les volontaires participant aux essais ne doivent pas espérer une éventuelle protection, précisait le 15 novembre dernier une dépêche AFP, qui soulignait le choix fait par l’ANRS de ne recruter que des personnes à faible risque de contamination. A l’inverse, au Caméroun, un laboratoire américain est accusé d’avoir recruté des prostituées pour tester une nouvelle molécule. Deux journalistes de France 2 avaient dénoncé ce « scandale des tests safaris » dans un reportage diffusé le 17 décembre dans l’émission Complément d’enquête. A l’exception de L’Humanité, qui dénonçait les prostituées africaines cobayes dans son édition du 26 janvier dernier, la presse française a peu repris le sujet. Au Caméroun en revanche, l’affaire fait grand bruit. Le Messager présente le pays comme « la Terre des essais cliniques clandestins ». Selon ce journal, qui reprend les accusations d’associations comme Act Up, une cinquantaine d’essais médicaux seraient conduits de manière illégale au Cameroun. Un autre quotidien camérounais, Mutations, déplore le « scandaleux vide réglementaire » des essais dans le pays.


Voir en ligne : L’ANRS vient d’annoncer la création d’un "site" au Caméroun

Top