Accueil > Archives > 27 juin 2006, Libération, L’Express, Agriculture et Environnement

27 juin 2006, Libération, L’Express, Agriculture et Environnement

mardi 27 juin 2006

Faucheurs, Semeurs et Casseurs : de la lutte contre les OGM au combat anti-publicitaire. A la veille du procès en appel de 49 Faucheurs Volontaires, relaxés en première instance par le tribunal correctionnnel d’Orléans, le correspondant orléanais de Libération consacre un article au « changement de stratégie » des opposants français aux OGM. « De faucheurs, ils deviennent semeurs volontaires », explique Mourad Guichard, relatant l’opération d’un commando qui a semé des semences bios dans un champs de maïs transgénique à Ouzouer-sous-Bellegarde (Loiret). Pour le journaliste de Libération, les Faucheurs sont devenus Semeurs Volontaires pour « conserver le capital sympathie des Français, majoritairement acquis à leur cause ». Mais il ne s’agit que d’un « folkore médiatique », juge le maire d’Ozouer, également vice-président de la chambre d’agriculture, interrogé par le coorespondant de Libération. Ce nouveau type d’action des anti-OGM n’est pas une première. Le 20 juin, après l’action du commando d’Ozouer, une dépêche de l’agence Reuters, publiée sur le sites de Libération et de L’Express, signalait que la première action de ce type s’était déroulée le 4 juin à Daux (Haute-Garonne). Sans passionner outre-mesure les médias. Libération semble être le seul quotiden national à suivre ces actions de près. Le journal publiait également lundi une interview sur un autre procès, mettant cette fois aux prises des activistes anti-publicité à Montpellier. « Les Déboulonneurs et autres faucheurs d’OGM sont des légalistes déçus par l’incurie actuelle du législateur incapable à leurs yeux de faire des lois qui protègent les générations futures », explique Paul Ariès, présenté comme « politologue ». La journaliste Laure Noualhat omet de préciser que cet universitaire est également fondateur du collectif et du magazine Casseurs de Pub. « Nous sortons de plus d’un siècle de culte de la technique et de foi béate dans la science. Nous savons aujourd’hui que cette foi dans la techno-science fut une trahison de l’idée même de progrès. Le risque bien sûr serait de jeter le bébé mais aussi la baignoire (l’humanisme) avec l’eau du bain (le scientisme) », analyse Paul Ariès. Un long article, bien documenté, de la lettre Agriculture et environnement, resitue Paul Ariès ...dans le même bain que Serge Latouche, José Bové et d’autres grands anciens comme Ivan Illich, Jacques Ellul ou Simon Charbonneaux, rejetés parmi les « idéologues » de la décroissance. « Bien qu’ils s’en défendent aujourd’hui, les adeptes de la décroissance promeuvent bel et bien un monde malthusien », accuse l’éditorial-non signé- de cette lettre d’information mensuelle.


Voir en ligne : Au Canada, les anti-OGM ne sont pas tous anti-pubs. Certains ont même lancé une campagne de publicité pour défendre leurs idées.

Top