Accueil > Archives > 27 avril 2005, Libération, France 3 Limousin Poitou-Charentes, L’Alsace et (...)

27 avril 2005, Libération, France 3 Limousin Poitou-Charentes, L’Alsace et L’Impartial (Suisse)

jeudi 28 avril 2005

Transports d’abeilles et maladies. En Suisse, le transport des abeilles est interdit du coté de Neufchâtel alors qu’aux Etats-Unis, les ruches de Floride voyagent jusqu’en Californie. Dans les deux cas, une maladie est en jeu. En Suisse romande, c’est « le feu bactérien qui menace les vergers et les pépinières », raconte l’Impartial. Ce parasite des pommiers, poiriers et cognassiers se transmet par l’air, les abeilles, les oiseaux et l’homme. La Chancellerie d’Etat a donc interdit les transferts d’abeilles de la zone à risque vers les lieux non contaminés jusqu’au 30 juin. Aux Etats-Unis au contraire, les ruches de Floride sont appelées à l’aide en Californie, où les apiculteurs professionnels font état d’une perte de 50 % de leurs essaims pendant l’hiver, raconte Libération. Là-bas, c’est le varroa qui décime les rûches. Cet acarien « semble avoir développé des résistances aux deux principaux pesticides autorisés sur le marché », relate le correspondant du journal à Washington, Pascal Riche. Le journaliste note que le varroa est aussi arrivé en Europe, mais « semble sous contrôle ». Pour Yves Le Conte, chercheur au labo de biologie et protection de l’abeille de l’Inra à Avignon, c’est peut-être parce que les apiculteurs américains ont appauvri la diversité de leur cheptel en restreignant leurs importations. Un laboratoire de Louisiane étudie « une nouvelle lignée d’abeilles russes qui serait susceptible de mieux résister au varroa », explique Libération. Dans le Territoire de Belfort, les apiculteurs confrontés au varroa en 2000 ont fait appel à des abeilles australiennes, relatait en son temps L’Alsace. L’expérience avait déjà été tentée par des apiculteurs professionnels dans des départements tels que la Drôme et l’Isère, explique André Marie. En revanche, l’importation de reines étrangères n’a pas porté chance aux apiculteurs de Poitou-Charentes. Des abeilles "reines" importées du Texas développent une étrange maladie qui oblige les apiculteurs à brûler les ruches, relate la station régionale de France 3. Cette fois, il ne s’agit pas du varroa, mais d’un coléoptère encore mystérieux. « Les services sanitaires du Ministère de l’Agriculture prennent l’affaire très au sérieux », affirme Agnès Cordier, qui explique que les tests effectués n’ont mené à aucune piste. Peut-être Aethina tumida, qui sévit au Portugal ?


Voir en ligne : Présentation d’Aethina tumida par la revue L’Abeille de France

Top