Accueil > Archives > 26 janvier 2007, Le Figaro

26 janvier 2007, Le Figaro

vendredi 26 janvier 2007

Comment meurent les abeilles.Yves Misery dans Le Figaro nous dit que les résultats de l’enquête multifactorielle de l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) sur les troubles des abeilles constatés au milieu des années 90 n’est toujours pas disponible, sans doute pour des raisons budgétaires. Cependant Le Figaro a pu se procurer le texte de Jean-Paul Faucon, chef d’unité pathologie de l’abeille à l’Afssa qui estime que les données statistiques ne modifieront pas les conclusions de l’enquête multifactorielle. Les conclusions sont à l’opposé du diagnostic des apiculteurs. Les deux insecticides, l’imidaclopride et le fipronil ne seraient pas responsables de la situation faite aux abeilles. Le travail de Mr. Faucon s’est déroulé dans un contexte difficile : il fut victime d’un entartrage par des apiculteurs l’accusant de « rouler » pour Bayer et BASF. L’enquête de l’Afssa menée dans cinq départements précise que les enquêteurs ont « constaté plusieurs pratiques apicoles inadaptées. Parmi celles-ci, l’utilisation de produits non homologués pour le traitement de la varroase », un acarien parasite. L’enquête observe en outre que certaines colonies manquent de nectar et surtout de pollen en raison de l’uniformisation des paysages agricoles. La santé des colonies d’abeilles en aurait souffert.
Toujours dans Le Figaro, Catherine Petitnicolas signe un article qui montre que le Laboratoire Novartis part en guerre contre la loi indienne sur les brevets. A Madras lundi s’ouvre un procès en appel contre la nouvelle loi indienne sur les brevets à propos de l’anticancéreux Glivec commercialisé sous forme générique par les indiens. C’est toute la question du droit au brevet et de la production de génériques en Inde qui est posée. « Si l’article de loi réservant les brevets aux seules réelles innovations disparaît, d’autres firmes pharmaceutiques pourront s’engouffrer dans la brèche » déclare Annick Hamel de MSF. Si la firme suisse gagne le procès le risque « c’est de tarir notre principale source de médicaments contre le sida » confirme Sophie-Marie Scouffiaire, responsable achat des médicaments chez MSF.
Au chapitre des espèces retrouvées, Le Figaro nous révèle sous la plume de Laurent Suply, qu’un requin du fond des âges refait surface. Une femelle de l’espèce Chlamydoselachus anguineus ou requin lézard a émergé au sud de Tokyo et a flanqué la frousse de sa vie à un paisible pêcheur. Ce « fossile vivant » , qui n’a pas changé depuis des millions d ‘années, vit généralement à plus de 600 mètres de profondeur.

Liens utiles concernant les abeilles

Pour mieux comprendre les enjeux du débat lire les avis du Syndicat des producteurs de miel français

Sur le site de BASF retrouvez les communiqués concernant le Gaucho et le Régent

Egalement dans la presse

Toujours dans Le Figaro, Catherine Petitnicolas signe un article qui montre que le Laboratoire Novartis part en guerre contre la loi indienne sur les brevets. A Madras lundi s’ouvre un procès en appel contre la nouvelle loi indienne sur les brevets à propos de l’anticancéreux Glivec commercialisé sous forme générique par les indiens. C’est toute la question du droit au brevet et de la production de génériques en Inde qui est posée. « Si l’article de loi réservant les brevets aux seules réelles innovations disparaît, d’autres firmes pharmaceutiques pourront s’engouffrer dans la brèche » déclare Annick Hamel de MSF. Si la firme suisse gagne le procès le risque « c’est de tarir notre principale source de médicaments contre le sida » confirme Sophie-Marie Scouffiaire, responsable achat des médicaments chez MSF.

Liens utiles concernant la question des génériques

Lire la position de Novartis au sujet du procès en appel contre la loi indienne à propos de l’anticancéreux Glivec

Sur le site de Médecins sans frontières les enjeux du procès concernant Novartis et la loi indienne sur les brevets

Egalement dans la presse

Au chapitre des espèces retrouvées, Le Figaro nous révèle sous la plume de Laurent Suply, qu’un requin du fond des âges refait surface. Une femelle de l’espèce Chlamydoselachus anguineus ou requin lézard a émergé au sud de Tokyo et a flanqué la frousse de sa vie à un paisible pêcheur. Ce « fossile vivant » , qui n’a pas changé depuis des millions d ‘années, vit généralement à plus de 600 mètres de profondeur.

Le requin-lézard japonais fait la joie de Yayamusic


Voir en ligne : Pour mieux comprendre les enjeux du débat lire les avis du Syndicat des producteurs de miel français

Top