Accueil > Archives > 25 septembre 2006, AFP, Le Figaro, Libération, L’Essor (Bamako)

25 septembre 2006, AFP, Le Figaro, Libération, L’Essor (Bamako)

lundi 25 septembre 2006

Désertification=immigration. Préoccupés par la désertification, qui touche 40% de la planète et 2 milliards d’habitants, chercheurs et militants d’ONG se sont retrouvés à l’occasion d’un forum international à Montpellier. Ils estiment que cette « cause mondiale » est « insuffisamment pris en compte par les Etats », résume une dépêche de l’AFP, qui souligne que 2006 a été déclarée Année internationale des Déserts et de la désertification par les Nations Unies. La convention internationale contre la désertification, signée en 1992 au sommet de la terre à Rio, est « en panne sèche », titre Le Figaro. La journaliste a visiblement apprécié les efforts du forum de Montpellier, « loin des sempiternels discours larmoyants propres aux cénacles onusiens ». Caroline de Malet a retenu la formule d’un participant africain, qui a comparé l’avancée du désert à un « sida de la nature ». La journaliste du Figaro cite également le porte-parole de la convention, Rajeb Boulharouf : « auparavant, c’était le sable de Mauritanie qui atterrissait aux Açores ; maintenant, ce sont les émigrés sub-sahariens qui s’y échouent ». Caroline de Malet note en commentaire qu’agiter l’épouvantail de l’immigration apparaît à certains comme un bon moyen de sensibilisation des pays du Nord. Le correspondant de Libération à Montpellier abonde dans le même sens. Pierre Daum a choisi d’interviewer une coordinatrice d’ONG au Mali. « La désertification produit des exodes massifs », prévient Awa Sow Cissé Dembélé. Sur place au Mali, un article très institutionnel publié début septembre par L’Essor mettait déjà en avant la « forte corrélation » entre désertification et émigration. Ce journal de Bamako citait le rapport communiqué par Ibrahim Togola, de l’ONG Mali-Folkecente, soulignant « les effets pervers de la désertification et de la sécheresse, qui ont provoqué deux types de migration dans notre pays. Ils sont à la base de l’exode rural et de la migration internationale ».
Selon les chiffres d’Antoine Cornet, directeur de recherches à l’IRD (Institut de recherche pour le développement) repris par l’AFP, la désertification a déjà entraîné le déplacement de 25 millions de personnes de par le monde et 60 millions de personnes vont abandonner les zones arides d’ici 2020.


Voir en ligne : le site Web du Forum international Desertif’Actions

Top