Accueil > Archives > 25 mars 2005, Ouest-France, 20 Minutes, Le Figaro, Libération et Le (...)

25 mars 2005, Ouest-France, 20 Minutes, Le Figaro, Libération et Le Monde

vendredi 25 mars 2005

Europe : le défilé des partisans de "oui" au congrès de la FNSEA. Avant la visite du premier ministre, trois chefs de parti partisans du oui au référendum sur le traité constitutionnel européen étaient invités au congrès de la FNSEA. Le « oui » laboure en terres agricoles, titre 20 Minutes. « A la tribune, les leaders politiques ont tous joué hier la stratégie de la peur », rapporte le quotidien gratuit. « Ah ! que l’agriculture redevient belle, lorsqu’un sondage vient rappeler que les paysans pourraient voter majoritairement pour le « non » », ironise le journaliste du quotidien régional Ouest-France. Pour l’envoyé spécial du Figaro, les trois tenants du oui ont avancé des arguments analogues, mais en prennant soin « de se différencier par le style ». Son homologue de Libération juge que Sarkozy et Hollande ont défendu la même argumentation en faveur du oui « avec des arguments plutôt simplistes ». « C’est certainement François Bayrou (UDF), le fils de paysans, qui va trouver les mots les plus forts », estime pour sa part l’envoyé spécial de Ouest-France. Le Figaro accompagne son compte-rendu d’un commentaire sur l’euro-scepticisme croissant du monde rural. « La méfiance du monde agricole à l’égard de l’Europe n’est pas neuve », souligne le journal, qui rappelle que les campagnes avaient rejeté à 62% le traité de Maastricht. A 64%, selon Gaëlle Dupont dans Le Monde. La journaliste revenait dès mercredi sur le rejet apparement paradoxal d’une profession « massivement soutenue par l’Europe », avançant le chiffre de 9 milliards d’euros par an. Le Figaro revient à son tour aujourd’hui sur ce « paradoxe », soulignant que « les agriculteurs sont les premiers bénéficiaires de l’Europe, grâce à la Politique agricole commune, premier budget de l’Union ». Mais alors que le quotidien de Serge Dassault se contente de se demander une nouvelle fois si c’en est fini du « chiraquisme légendaire du monde paysan », son concurrent du soir va plus loin et stigmatise dans un éditorial l’ingratitude paysanne. « Ce serait une preuve d’égoïsme que les Européens leur reprocheraient longtemps si les agriculteurs français, en disant non, signifiaient que la nouvelle donne, avec l’élargissement à 25, leur a fait du tort », estime Le Monde.


Voir en ligne : Après Dominique Chardon, Pascal Coste quitte le bureau de la FNSEA. Il s’en explique sur le site Terre-Net

Top