Accueil > Archives > 24 novembre 2003, Libération.

24 novembre 2003, Libération.

lundi 24 novembre 2003

Climat : Quelques degrés de trop pour le vin de demain. La qualité d’un vin dépend de l’équilibre de trois éléments : le sucre, l’arôme et l’acidité. Si l’un des trois prend le dessus c’est la catastrophe. S’il devait faire plus chaud, le sucre risque d’écraser tout le reste. Ainsi si le réchauffement climatique s’accentue dans les décennies à venir, la qualité du vin pourraît s’en ressentir. C’est le constat que vient de dresser le climatologue américain Gregory Jones lors du congrès annuel de la Société géologique des Etats-Unis à Seattle. Des études montrent que jusqu’à présent, une augmentation des températures a contribué à l’amélioration des crus. Mais le réchauffement climatique ne fait pas tout. Comme nous le dit, Maurice Joliette, viticulteur bourguignon : "Depuis cinq ans on fait un très bon vin avec de bons climats. Il faut pas chercher à comprendre, c’est le doigt de Dieu..."


Voir en ligne : Agriculture et réchauffement climatique.

Top