Accueil > Archives > 23 juin 2005, Libération, Le Figaro, Le Monde et ATS (agence (...)

23 juin 2005, Libération, Le Figaro, Le Monde et ATS (agence suisse)

jeudi 23 juin 2005

Europe : le coup "vache" de Tony Blair. « De l’argent de l’UE pour des emplois, pas pour des vaches ». Le titre de la tribune accordée mercredi par Tony Blair au quotidien allemand Bild a fait mouche. Le premier ministre britannique, qui doit accéder à la présidence de l’Union Européenne le 1er juillet, « ne veut plus subventionner les vaches », traduit assitôt Libération sur son site. La correspondante du journal à Londres revient ce jeudi sur ces vaches qui coûtent « deux euros par jour ». « Blair veut (...) un abandon de la PAC, jugée passéiste et criminelle vis-à-vis de l’Afrique », écrit Armelle Thoraval. Le correspondant du Figaro va dans le même sens. « Il convient, donc d’en finir avec la politique agricole commune (PAC), qui absorbe 40% des finances européennes au profit de 5% de la population active laquelle ne génère que 2% du PIB de l’Union et qui affame le tiers-monde. C’est là un leitmotiv dans l’argumentation du premier ministre britannique », explique Jacques Duplouich. Réplique du député Bernard Accoyer, président du groupe UMP, repris dans un autre article de Libération : « on n’a pas de leçons à recevoir des Anglais qui avec leur vache folle et leur fièvre aphteuse n’ont plus d’agriculture ». Le Figaro préfère citer Jacques Chirac : « la politique agricole est un enjeu stratégique pour l’avenir, elle est la clé de la puissance ». En guise de commentaire, le journaliste Philippe Goulliaud ajoute que depuis toujours, le président insiste sur la nécessité pour la France et l’Europe de ne pas laisser aux seuls États-Unis le « green power », le « pouvoir vert », alors que les défis alimentaires sont considérables dans le monde. « L’offensive britannique contre la politique agricole commune provoque un vif débat dans toute l’Europe », constate pour sa part Le Monde. Henri de Bresson souligne que « plusieurs dirigeants sont intervenus vivement en défense de la politique agricole commune, en Irlande, en Grèce notamment » mais que « Londres a pour sa part reçu mardi 21 juin un appui marqué du premier ministre suédois Göran Persson, venu voir M. Blair, aux côtés duquel il a également dénoncé le trop grand poids de la politique agricole commune ». La correspondante de Libération évoque toutefois une « porte de sortie » dans cette polémique en laissant entendre que Tony Blair accepterait que le débat sur la PAC et le budget de l’UE ne prenne vraiment place qu’en 2008 ou 2009, « laissant ainsi tranquilles Chirac et ses paysans ». Confirmation par l’agence de presse suisse ATS, qui diffuse les premières paroles du discours-programme de Tony Blair devant le parlement européen : « je n’ai jamais dit que je voulais changer la PAC maintenant ou la renégocier en une nuit ».


Voir en ligne : En 2003, le rapport Sapir proposait déjà de supprimer la PAC. On peut suivre la controverse qui s’en est suivi sur le site de l’économiste Jean Pisani-Ferry, membre du "groupe Sapir"

Top