Accueil > Archives > 22 mars 2006, Libération, Le Monde, Le Figaro et L’Express

22 mars 2006, Libération, Le Monde, Le Figaro et L’Express

mercredi 22 mars 2006

OGM : quelle transparence ? Les sénateurs français ont commencé l’examen du projet de loi sur les OGM le 21 mars. « Dans une certaine indifférence », soulignaient mardi Tristan Coloma et Laure Noualhat dans Libération. « Dans un climat plutôt serein », corrige Marc Mennessier dans Le Figaro du même jour. Les deux journaux établissent un parallèle avec l’actualité, beaucoup plus chaude, sur le CPE. Sur le site de L’Express, le sénateur Jean Bizet (UMP), rapporteur du texte, se félicite de conduire « dans l’hémicycle un débat trop souvent réduit par les médias à des images de fauchage de cultures OGM ». L’hebdomadaire, comme beaucoup de journaux, souligne que ce projet de loi est dicté par la nécessité d’adapter les directives européennes en droit français. « La France s’aligne sur l’Europe », titre L’Express. Pauline Lecuit explique que ce projet de loi « a minima » devait être examiné selon la procédure d’urgence, rappelant que la France est menacée d’une amende quotidienne de 168.000 euros par Bruxelles. Le Figaro indique que le gouvernement a finalement renoncé à la procédure d’urgence et espère faire adopter le texte par les deux chambres du Parlement avant le mois d’octobre. L’article insiste surtout sur la volonté de transparence affichée par le ministre délégué à la Recherche. François Goulard est « partisan d’une transparence « complète et totale », alors que la commission des affaires économiques souhaite que seules les superficies d’OGM cultivées à l’échelle régionale soient rendues publiques, pour limiter les risques de fauchage par des opposants », explique Marc Mennessier. « Rien n’avancera sur le sujet tant que le public aura le sentiment qu’on lui cache des informations », plaide M.Goulard. Le Monde reprend la petite phrase du ministre, mais pas en titre. La journaliste Gaëlle Dupont estime que c’est une façon pour le ministre de « tenter de désamorcer certaines critiques ». Elle indique que l’association des producteurs de maïs (AGPM), qui prévoit la mise en culture de plusieurs milliers d’hectares de maïs génétiquement modifié cette année, « s’oppose à toute publicité des parcelles cultivées ». Le Monde publie également dans son édition du 22 mars un reportage dans le Missouri, au siège de Monsanto, « cernée par les plantes transgéniques ». Le journaliste Hervé Morin fait le point sur « les OGM de demain ». Le vice-président chargé de la technologie chez Monsanto, Robb Fraley, « voit d’un mauvais oeil la future législation française, qui pourrait imposer aux agriculteurs cultivant des OGM d’alimenter un fonds de garantie pour dédommager leurs voisins en cas de contamination », indique l’envoyé spécial du Monde.


Voir en ligne : Le texte du projet de loi, les amendements, les rapports des commissions et le script des débats en séance publique sur le site du Sénat

Top