Accueil > Archives > 21 janvier, Terre net.

21 janvier, Terre net.

mercredi 21 janvier 2004

OGM - Les gènes transférés ne sont pas tous détruits dans l’intestin grêle. Une partie des gènes introduits dans le soja génétiquement modifié subsistent, tout comme l’ADN du soja naturel, à l’issue de la digestion dans l’intestin grêle de l’homme, mais disparaissent après le passage dans le gros intestin, selon une étude publiée dimanche dans la revue Nature Biotechnology. Sans démontrer un risque pour la santé humaine, ces résultats "devraient être pris en compte à l’avenir lors de la définition de normes de sécurité pour les aliments transgéniques", soulignent Trudy Netherwood et ses collègues de l’université de Newcastle (Grande-Bretagne). Il est "hautement improbable que les transferts de gènes constatés lors de cette étude altèrent les fonctions digestives ou constituent un risque pour la santé humaine", ajoutent-ils. Chez l’homme, l’étude publiée dimanche montre que le soja transgénique est totalement dégradé dans le colon. Mais, à la surprise des chercheurs, le gène "epsps" (conférant une résistance à un herbicide) subsiste en partie après le passage des aliments dans l’intestin grêle de volontaires ayant consommé du soja génétiquement modifié.


Voir en ligne : Visitez le site Terre Net.

Top