Accueil > Archives > 20 novembre 206, Le Figaro et La Terre

20 novembre 206, Le Figaro et La Terre

lundi 20 novembre 2006

Double interview pour une révolution "doublement verte". « Nourrir la planète », l’ouvrage de Michel Griffon, suscite un interêt tous azimuts dans la presse. L’agronome et économiste, invité en 2003 à Marciac par la Mission Agrobiosciences pour développer sa vision sur la façon de nourrir 9 milliards à l’horizon en 2050, est interrogé à la fois par Le Figaro et l’hebdomadaire La Terre sur son concept de « révolution doublement verte ». « Il reste encore une pauvreté « malthusienne », due à la rareté de la terre pour une paysannerie nombreuse qui n’a pas accès aux outils d’une agriculture plus productive », confie Michel Griffon à l’hebdomadaire agricole communiste, dirigé par André Lajoinie. Il évoque également l’existence « d’un véritable « sous-prolétariat » paysan », notamment en Amérique Latine. Dans Le Figaro, Michel Griffon rappelle que la révolution verte, « version tropicale de ce que nous avons connu en Europe après la guerre », fut lancé en Inde dans les années 60 « avec l’appui des Américains qui craignaient que le pays bascule dans le communisme ». Il est interrogé par Yves Miserey sur « la solution à venir » des OGM pour nourrir l’humanité. Sans rejeter l’apport futur des manipulations génétiques, Michel Griffon rétorque qu’il y a « aussi de nombreuses solutions efficaces qui viennent du domaine de l’écologie scientifique ». L’agronome cite également de nouvelles techniques culturales, comme « le semis direct sur paillage qui se pratique de plus en plus au Brésil ». Sans rentrer dans les détails techniques, Michel Griffon explique à La Terre que le Brésil crée « un risque écologique gigantesque » en « détruisant une grande partie de l’Amazonie ». Interrogé davantage en tant qu’économiste qu’agronome par Denis Recoquillon, rédacteur en chef de La Terre, il plaide pour une agriculture « intensive en écologie et en connaissances mais économe en capital ». Le Figaro retient également la nécessité d’une « agriculture écologique intensive ».


Voir en ligne : "Révolution verte, révolution doublement verte", document de base de la réflexion de Michel Griffon sur le site du CIRAD (pdf)

Top