Accueil > Archives > 20 mars 2007, Agrojob, La Tribune, L’Humanité, Libération, Le Monde, Télérama, (...)

20 mars 2007, Agrojob, La Tribune, L’Humanité, Libération, Le Monde, Télérama, Africultures

mardi 20 mars 2007

Notre pain quotidien : l’industrie agroalimentaire au cinéma. Sorti mercredi 14 mars dans les salles de cinéma françaises, “Notre Pain Quotidien” est un documentaire sans paroles d’un réalisateur autrichien, Nikolaus Geyrhalter, qui suscite beaucoup de commentaires. « Une grande première au cinéma et qui fera sans doute débat dans le milieu agroalimentaire », signale le site spécialisé Agrojob, qui s’adresse aux professionnels. Le quotidien économique La Tribune évoque le revers de l’assiette. Le journaliste Laurent Péricone estime que les images fortes de ce documentaire, « terribles et fascinantes à la fois », sont « le simple constat de ce qu’est devenu notre agriculture au XXIe siècle ». Dans L’Humanité, Jean Roy n’hésite pas à comparer ce documentaire aux “Temps Modernes” de Charlie Chaplin. « Nous sommes là dans l’énonciation, pas la dénonciation. Aucune marque n’est visée, juste la froideur, la déshumanisation d’un monde, le nôtre, celui où nous mangeons », relate le critique du quotidien communiste, qui y a vu « le triomphe de la machine ». C’est aussi la vision qu’en a retenu Libération qui titre pour sa part sur « les robots du frigo ». « Le film n’est pas une charge bioéquitable tournant en ridicule les errements d’une industrie vivrière devenue folle à force de gigantisme », prévient toutefois le critique Didier Perron. Selon son homologue du Monde Thomas Sotinel, on peut même « jouir de la charge esthétique de ce film et en tirer une conclusion inverse, estimer que cette agriculture est celle dont notre monde a besoin ». Ce n’est pas l’avis de Télérama. Mathilde Blottière a vu dans ce film un « cauchemar grandeur nature » et « le terrifiant panorama d’une industrie devenue folle ». Comme Libération, la journaliste de Télérama signale la prochaine sortie en salle d’un autre documentaire sur le même sujet, également réalisé par un autrichien : “We feed the World,” dont le titre français sera “Le Marché de la Faim”. Spécialiste du cinéma et de l’Afrique, Olivier Barlet a déjà visionné ce film d’Erwin Wagenhofer et le compare à “Notre Pain Quotidien” de Nikolaus Geyrhalter pour le site de la revue Africultures. « Un paradoxe s’installe dans les deux films, qui ne semblent pas condamner en soi l’industrialisation de la production alimentaire : c’est un fait, lié à la modernité, que l’on est libre de rejeter ou d’accepter », écrit l’ancien rédacteur en chef de la revue qui avait déjà pointé en 2005 les « ambiguités » d’un autre documentaire d’un autrichien qui avait sensation : “le Cauchemar de Darwin”, d’Hubert Sauper.


Voir en ligne : Le blog du film

Top