Accueil > Archives > 20 mai 2005, Sud-Ouest, La Dépêche du Midi, Le Monde, Libération, 20 Minutes, (...)

20 mai 2005, Sud-Ouest, La Dépêche du Midi, Le Monde, Libération, 20 Minutes, La Libre Belgique

vendredi 20 mai 2005

Biocarburants : encore des doutes. L’annonce de la création de six usines de biocarburants en France, qui devait être faite jeudi, a été curieusement éclipsée. Seul Le Monde annonce fugitivement la construction de ces usines sur son site Internet. Trois d’entre elles fabriqueront du diester (à partir des plantes oléagineuses) à Sète, Saint-Nazaire et près de Nogent-sur-Seine. Trois autres produiront de l’éthanol (à partir de la betterave, du blé et du maïs) près de Lacq, dans la Marne et à Lillebonne près de Rouen, précise le quotidien au détour d’une brève. Même Sud Ouest, manifestement satisfait du choix du site de Lacq, se montre prudent. Le quotidien régional explique que le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, n’a pas explicitement fait mention du projet de Lacq, hier à Orléans, mais que « son ministre de l’agriculture, Dominique Bussereau, a bien confirmé dans l’esprit de ses promoteurs que le projet porté par l’industriel espagnol Abengoa Bioenergy avait décroché la timbale ». Le communiqué du premier ministre, repris par une dépêche de l’agence Reuters diffusée sur le site de Libération, n’évoque en effet la construction de ces usines en 2007 qu’au conditionnel.
Au-delà de la prudence de ces termes, la nouvelle est aussi renvoyée au second plan par la grève qui perdure dans les raffineries du groupe Total. La France serait menacée d’une pénurie de carburants, si l’on en croit une dépêche AFP reprise par la Libre Belgique. Pour le quotidien gratuit 20 Minutes, cette grève lancée depuis lundi pourrait « assécher Total ». C’est le refus de la direction de payer le supplément de charges sociales sans faire travailler les salariés le lundi de Pentecôte qui a tout déclenché, explique Libération, qui ajoute que les excellents résultats financiers du groupe pétrolier font monter la pression chez les salariés. Le groupe pétrolier géant issu de la fusion entre Total-Fina et Elf possède six des douze raffineries tricolores, soit 50 % de la capacité, et plus de 20 % de parts de marché dans la grande distribution, rappelle Libération. « Pas de panique aux pompes », titre néanmoins La Dépêche du Midi, qui relaie les réactions rassurantes de la direction et du ministère de l’Industrie.


Voir en ligne : Le rapport de l’industrie pétrolière en France en 2004 sur le site du ministère de l’Industrie

Top