Accueil > Archives > 2 septembre 2004, Libération, AFP, Reuters et AP

2 septembre 2004, Libération, AFP, Reuters et AP

vendredi 2 septembre 2005

La vache folle aurait mangé des cadavres hindous. Deux chercheurs britanniques émettent une nouvelle hypothèse sur les causes de l’apparition de la maladie dite de "la vache folle" dans la revue médicale The Lancet : des restes humains provenant de cadavres hindous auraient été mélangés aux farines animales. Le professeur Alan Colchester, de l’Université du Kent en Angleterre, et sa fille Nancy, de l’université d’Edimbourg, expliquent qu’un grand nombre de dépouilles humaines et de carcasses d’animaux sont jetées dans les grands cours d’eau en Inde, conformément à une coutume hindoue, résume une dépêche de l’agence Reuters, qui cite le professeur : « nous prenons en compte le risque considérable du mélange de restes humains avec les carcasses d’animaux qui sont recueillis. Ces carcasses sont traitées sur place et exportées pour partie. En dix ans, plus de 330.000 tonnes provenant de ces régions ont été importées en Grande-Bretagne ». Cette théorie « renverse en quelque sorte l’ordre chronologique de l’infection », souligne une dépêche de l’AFP, puisque « ce sont des humains qui ont infecté des vaches, et non l’inverse ». L’hypothèse est qualifiée d’« audacieuse » par l’agence Associated Press. « Des chercheurs indiens en neurologie de l’Institut national de santé mentale et de neurosciences de Bangalore (Inde) ont reconnu que cette hypothèse méritait d’être examinée mais ont appelé à la prudence », explique la journaliste Emma Ross, de l’AP. L’AFP signale pour sa part que The Lancet publie également les critiques de deux neurologistes indiens, Susarla Shanka et P. Satishchandra, contre cette thèse. Selon Libération, qui publie l’information en bref, « ces travaux devraient provoquer une solide controverse ».


Voir en ligne : L’article est consultable sur le site du Lancet (en anglais, sur abonnement)

Top