Accueil > Archives > 1er mars, Le Monde, l’Express, le Nouvel Observateur

1er mars, Le Monde, l’Express, le Nouvel Observateur

vendredi 2 mars 2007

Coûts de pub pour les entreprises alimentaires qui n’affichent pas la lutte contre l’obésité

Après la loi de janvier contre le tabagisme, la lutte continue... Cette fois, c’est l’obésité qui est en ligne de mire. Depuis le 1er mars, les publicités pour les produits alimentaires "peu diététiques" devront obligatoirement comporter des messages sanitaires destinés à sensibiliser les consommateurs - les jeunes de préférence- aux risques pour la santé d’une mauvaise nutrition.

Quel que soit le support - les législateurs ont tout prévu, même les pubs sur les téléphones mobiles et sur Internet - la publicité devra donc comporter l’un des quatre messages suivants : "Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas", "Evitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé", Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour" ou "Pratiquez une activité physique régulière"...
Si l’entreprise omet d’inscrire l’une de ces phrases, il lui en coûtera une taxe de 1,5% du montant de ses investissments publicitaires. Un produit reversé à l’Institut National pour la Prévention et l’Education à la Santé.

Une mesure dont Le Monde du 28 février http://www.lemonde.fr/web/article/0... doute de l’efficacité, avec ce titre : "Des messages sanitaires pour rien ?". S’appuyant sur une expérience réalisée par l’UFC-Que Choisir auprès de 704 personnes, la journaliste Sandrine Blanchard montre que l’un de ces messages, inséré dans un spot publicitaire pour des céréales au chocolat, produisait des effets inverses à l’objetif espéré ! En clair, plus de la moitié des personnes interrogées en concluent que c’est le produit lui-même, fort sucré au demeurant, qui est ainsi vanté comme équilibré...

Top