Accueil > Archives > 18 octobre 2007, Times, Sunday Times, Libération, 20 Minutes, Sciences et (...)

18 octobre 2007, Times, Sunday Times, Libération, 20 Minutes, Sciences et Avenir/Nouvel Obs, JDD, Afrik.com

vendredi 19 octobre 2007

L’ADN à la Une : le Nobel, la génétique et la polémique médiatique. Alors que le recours aux tests génétiques nourrit la polémique politique en France autour du nouveau projet de loi sur l’immigration, les propos du "grand-père de l’ADN" font scandale en Grande-Bretagne. Selon James Watson, prix Nobel de Médecine en 1962 pour la découverte de la structure de l’ADN, les Africains seraient « moins intelligents » que les Occidentaux, résume le Times de Londres. Cette déclaration est en fait tirée d’un long entretien publié dans le Sunday Times, édition dominicale du grand quotidien britannique, à l’occasion de la prochaine sortie au Royaume-Uni du dernier ouvrage du biologiste américain, aujourd’hui âgé de 79 ans. L’article se contentait de mentionner en sous-titre les « prises de positions souvent très controversées » de ce scientifique. « L’entretien a été réalisé par la journaliste Charlotte Hunt-Grubbe, une ex-scientifique qui fut hébergée chez les Watson il y a dix ans », explique Corinne Bensimon dans Libération, premier quotidien français à relayer l’information de ce coté-ci de la Manche. La journaliste souligne que Watson est un « récidiviste notoire », qui « aime à s’attaquer inlassablement au politiquement correct, sans craindre d’être scientifiquement incorrect ». Pour 20 Minutes, « James Watson est un professionnel de la polémique ». Le quotidien gratuit, qui évoque en titre le "dérapage" du scientifique, explique avoir cherché en vain à obtenir une réaction du comité Nobel en Suède. A défaut, l’édition française de 20 Minutes a interrogé Axel Kahn : « on peut être un grand scientifique et ne pas être un grand homme », réagit le généticien français, qui ne se dit pas favorable à ce qu’on retire le Nobel à James Watson. « En fait, James Watson est un Wasp raciste, c’est tout », juge Axel Kahn. Selon la journaliste de Sciences et Avenir Cécile Dumas, reprise sur le site du Nouvel Observateur qui appartient au même groupe, les propos de James Watson « auraient de bonnes chances d’être condamnés d’après les lois françaises de lutte contre le racisme et la discrimination ». La journaliste ajoute que « dans sa grande majorité, la communauté scientifique met en garde contre les rapprochements entre gènes, ethnie et intelligence ». Le Journal du Dimanche réagit également sur son site internet. « Décidément, l’ADN est un sujet propice à polémiques », écrit Maud Pierron, qui souligne que James Watson est « réputé pour ces sorties nauséabondes ». La plupart des réactions francophones aux propos du scientifique américain dans la presse britannique se font sur Internet. « A l’heure où la France inscrit le test ADN dans la loi, alors que rien ne l’obligeait à légiférer sur le sujet, et où les discours xénophobes font florès en Occident, entendre un scientifique de renom défendre de telles positions ne fait pas que nous révolter », s’alarme le site Afrik.com. Pour Franck Salin, directeur de la rédaction de ce site, « il n’y a pas de races humaines ! Des morphotypes et des cultures différentes n’impliquent pas d’inégalités intellectuelles entre les êtres humains. »


Voir en ligne : James Watson a mis en ligne le séquençage de son propre génome sur Internet

Top