Accueil > Archives > 18 décembre 2006, LSA

18 décembre 2006, LSA

lundi 18 décembre 2006

Nestlé et Novartis, ou de l’alimentation des malades à celui des bébés. Le géant suisse de l’agro-alimentaire Nestlé a racheté la division "Nutrition médicale" de Novartis. L’information fait la Une du site internet du magazine LSA, spécialisé dans la grande distribution, qui explique que les marques de Novartis rachetées par Nestlé, peu connues du public, sont dédiées « aux patients hospitalisés et soumis à un régime alimentaire spécifique ». La journaliste Angélique d’Erceville ajoute que cette acquisition devrait « cautionner la légitimité du groupe sur des gammes nutrition santé grand public ». Comme la plupart des commentateurs, LSA s’attendait plutôt au rachat par Nestlé de Gerber, également détenue par Novartis, et présentée comme une marque d’alimentation infantile. Selon le site internet de La Tribune, Nestlé avait déjà tenté d’acheter les petits pots Gerber il y a douze ans. Le quotidien économique retient que Nestlé a déboursé 1,9 milliard d’euros pour devenir le n°2 de la nutrition de santé. Un « segment en forte croissance et rentable », précise La Tribune. Selon les pages "Bourse" du Point, le marché de la nutrition médicale « affiche une croissance supérieure au reste du secteur de l’agroalimentaire ». Le Point ajoute que les négociations se poursuivent pour un rachat de la marque Gerber, « évaluée à 3 milliards de dollars » et « très présente aux Etats-Unis ». Sur son site internet, le magazine économique L’Expansion souligne que l’accord signé entre Nestlé et Novartis est « une opération 100% suisse ». Elle est naturellement très commentée dans la presse helvétique, alors que les médias français ne l’évoquent principalement que sur Internet. Le quotidien Le Temps explique que Nestlé était en concurrence avec le groupe néerlandais Numico pour le rachat, et que ce dernier pourrait finalement acheter Gerber en guise de « lot de consolation ». Le Temps rappelle aussi dans un encadré le précédent d’Ovomaltine, une marque de Novartis finalement vendue à un groupe britannique, ce qui avait alors suscité « les critiques de citoyens suisses choqués qu’il laisse filer cette boisson emblématique ». Pas d’inquiétudes locales en revanche à Nyon, où « Novartis est le premier employeur du district », selon 24 heures. Ce quotidien régional de suisse romande explique que Medical Nutrition venait de déménager à Gland avec ses 45 emplois, mais que le siège européen de Novartis à Nyon emploit 600 personnes, de 35 nationalités.


Voir en ligne : L’histoire de Nestlé sur le site Prodimarques

Top