Accueil > Archives > 17 décembre 2003, Libération.

17 décembre 2003, Libération.

mercredi 17 décembre 2003

Bébé d’abord et bébé docteur. Monique Canto-Sperber, philosophe, directeur de recherche au CNRS, membre du Comité consultatif national d’éthique et René Frydman, chef de service de gynécologie-obstétrique et médecine de la reproduction à l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart, se félicitent, lors de l’examen des lois relatives à la bioéthique, de l’extension du diagnostic génétique préimplantatoire (DPI). Ils réfutent les arguments qui reposent essentiellement sur le refus de toute recherche génétique sur l’embryon, sur la réticence devant l’idée qu’on puisse choisir des embryons à réimplanter et sur la crainte de l’eugénisme. Il concluent : "L’extension du DPI qui vient d’être autorisé est une bonne chose dans la mesure où elle est un moindre mal, à pondérer avec le bénéfice qui en est attendu : sauver la vie d’un enfant malade. L’enfant à naître porte l’engagement de ses parents et l’espoir pour son frère ou sa soeur malade. C’est pourquoi il n’est pas un bébé-objet ni un bébé-médicament, mais un bébé-docteur. De nombreuses situations humaines offrent un choix, souvent tragique, entre le mal et le pas idéal. Reculer et s’abstenir est rarement la bonne solution. Autoriser et encadrer est en revanche un pari dans la capacité humaine à définir des limites infranchissables."


Voir en ligne : Lire le dossier sur le diagnostic préimplantatoire (DPI).

Top