Accueil > Archives > 15 mai 2007, Le Monde, Ria Novosti, Granma, L’Expansion, Vanguardia, The (...)

15 mai 2007, Le Monde, Ria Novosti, Granma, L’Expansion, Vanguardia, The Globalist, The Guardian, The Independant, ContreInfos, Actu Environnement, Infos Industrielles.com, Marianne

mardi 15 mai 2007

Des carburants pas si "bio". Remplacer "l’or noir" par le "pétrole vert" serait-elle une fausse bonne idée ? Jadis « isolées et peu audibles », les mises en garde contre la production massive de carburants issus de la canne à sucre, du maïs ou de la betterave (destinés à la fabrication de l’éthanol) et du palmier à huile, du soja, du colza, ou du tournesol (pour le biodiesel) viennent aujourd’hui de « tous les horizons », constate Le Monde. La journaliste Gaëlle Dupont cite bien sûr Fidel Castro (notre revue de presse du 11/04/07) comme « le plus célèbre représentant de ce front ». Le leader cubain a une nouvelle fois pris la plume pour critiquer la volonté politique de Georges Bush de développer les biocarburants, qualifiée de "sinistre et irrationnelle", rapporte l’agence de presse russe Ria Novosti. L’agence officielle cubaine Granma publie une traduction en français de ce dernier article. C’est le quatrième que le leader cubain, toujours hospitalisé, a consacré au sujet depuis un mois et demi, recense L’Expansion. Le magazine économique explique cet acharnement par « les liens de Fidel Castro avec Hugo Chavez engagé dans une lutte d’influence avec le président brésilien Lula dans le domaine énergétique ». Selon L’Expansion, Chavez veut « prendre le leadership latino-américain avec ses immenses réserves pétrolières », alors que Lula « veut s’appuyer sur l’éthanol issu de la culture de la canne à sucre pour le contrer ». Dans les colonnes du quotidien cubain Vanguardia, Castro s’en défend personnellement : « je n’ai rien contre le Brésil », affirme-t-il. Au passage, on notera que Fidel Castro cite dans ses articles non pas des penseurs marxistes, mais des scientifiques, comme Lester Brown. Ce célèbre penseur écologiste américain avait publié en août 2006 dans la revue en ligne The Globalist un article qui expliquait (en anglais)« pourquoi le développement de l’éthanol contribue à la famine généralisée ». Les critiques les plus documentées sont souvent le fait d’auteurs anglo-saxons. Dans son article, Gaëlle Dupont renvoit vers George Monbiot, présenté comme éditorialiste du quotidien anglais The Guardian, qui réclamait en mars dernier « un moratoire de 5 ans ». Ce journaliste-auteur-chroniqueur, sorte de Nicolas Hulot britannique, tient son propre blog où l’on peut retrouver une ancienne chronique, parue en 2005 dans Le Guardian, affirmant déjà que le biodiesel était « pire que les carburants fossiles ». Le correspondant à Sao Paulo du quotidien britannique, The Independant, dénonçait « le grand mensonge du pétrole vert », à l’occasion de la rencontre Bush/Lula au Brésil en mars dernier. Certains militants français vont désormais chercher infos et analyses outre-Manche, comme ce site qui ambitionne de "présenter les informations absentes des prompteurs des JT", qui préfère traduire un article de la BBC. La radio-télévison britannique présentait un rapport de la FAO consacré à l’impact des agrocarburants sur la sécurité alimentaire mondiale. La FAO « s’inquiète », explique le site français spécialisé Actu environnement, qui évoque « des conflits d’usage entre les bioénergies et l’alimentation ». Un autre site français spécialisé dans l’industrie et les technologies se contente pour sa part d’affirmer que ce rapport s’est contenté de « peser le pour et le contre des biocarburants ». A partir du même rapport, l’hebdomadaire Marianne promet sur son site Internet de dévoiler « la face cachée des biocarburants ».


Voir en ligne : L’Union européenne organise une consultation publique sur le sujet. Chacun peut donner son avis jusqu’au 4 juin.

Top