Accueil > Archives > 15 décembre 2005, Le Figaro et Le Nouvel Observateur

15 décembre 2005, Le Figaro et Le Nouvel Observateur

jeudi 15 décembre 2005

Pesticides : comment réduire l’empoisonnement des campagnes françaises ? Il faut réduire l’utilisation des produits chimiques agricoles en France, préconise un rapport de l’INRA et du Cemagref, remis cette semaine au gouvernement. « Il était temps », s’exclame le Nouvel Observateur. « Ca va encore prendre du temps », tempère en substance Le Figaro du jour. Les deux articles soulignent, à l’unisson de ce rapport préparé à la demande conjointe des ministères de l’Agriculture et de l’Ecologie, que la France est le troisième consommateur mondial de pesticides et le premier utilisateur en Europe. « Les citadins découvriront qu’un champ de blé peut être traité jusqu’à neuf fois dans l’année en Picardie (trois fois plus qu’en Alsace !), qu’un pommier peut être transformé en usine chimique : pas loin de trente traitements par an en moyenne, entre insecticides et fongicides, et que la vigne, qui occupe chez nous 3,7% de la surface agricole utile, consomme 20% des pesticides et 30% des fongicides vendus en France », énumère Gérard Petitjean dans le Nouvel Observateur. Dans Le Figaro, Yves Miserey explique pourtant que « les seuls chiffres disponibles sur l’utilisation des pesticides sont nationaux »... et « inexploitables ». « On est bien loin de ce qui se passe dans certains Etats d’Amérique du Nord ou en Europe où les agriculteurs doivent déclarer les quantités de pesticides qu’ils utilisent et où un permis de traiter a été institué », constate le journaliste. Son confrère du Nouvel Observateur cite l’exemple du Danemark : « les Danois ne traitent en moyenne leur blé que 1,7 fois par an. Et ils n’ont pas mis pour autant leurs agriculteurs sur la paille », affirme Gérard Petitjean, qui énumère quelques « mesures simples » prises là-bas depuis longtemps : taxation plus lourde des produits phytosanitaires, interdiction des molécules les plus dangereuses, mais aussi mise en place d’un réseau de conseils aux agriculteurs indépendant des coopératives agricoles. Dans le Figaro, Yves Miserey s’appuie sur le rapport de l’INRA pour épingler un système agriculture intensive-pesticides « verrouillé » depuis les années 50. La réduction d’utilisation des produits phytosanitaires passe par l’abandon des systèmes intensifs, résume Le Figaro. « Les résistances vont être très fortes », ajoute le journaliste.


Voir en ligne : Un résumé du rapport est accessible sur le site de l’INRA, qui annonce sa publication complète en 2006

Top