Accueil > Archives > 14 juin 2005, Sud Ouest, La Dépêche du Midi, Le Figaro, TF1, France 3 et (...)

14 juin 2005, Sud Ouest, La Dépêche du Midi, Le Figaro, TF1, France 3 et Radio France

mardi 14 juin 2005

OGM : un pas en avant pour la démocratie, un pas en arrière pour la recherche ? Alors que la commission du génie biomoléculaire (CGB) présentait lundi son bilan annuel 2004 à Paris, l’association pour un référendum gersois sur les OGM (Argo) remettait dans le même temps à Auch les 16.312 signatures favorables à la tenue d’une consultation locale sur les essais transgéniques dans le département. « Un événement démocratique », souligne le président du conseil général, Philippe Martin (PS), dans Sud Ouest. « Les OGM à l’épreuve des urnes », titre La Dépêche du Midi, qui annonce que le référendum pourrait se dérouler le 4 ou le 11 septembre prochain, « un an après que l’idée de référendum ait été lancée et à la date anniversaire d’u ne manifestation anti OGM où les forces de l’ordre avaient réagi avec une violence excessive qui avait été dénoncée par tous ». TF1 ajoute un point d’interrogation à l’annonce de ce reférendum départemental en soulignant que « le conseil général et le préfet s’opposent sur la possibilité juridique de réaliser une consultation de ce type ». Tout dépendra du contrôle de légalité de la délibération que le conseil général a prévu de voter le 30 juin prochain, signale France 3 Sud. « Et c’est là que les choses risquent de se compliquer », note Gwenaël Badets dans Sud Ouest. « Le préfet Jean-Michel Fromion a en effet coutume de faire invalider par le tribunal administratif de Pau les décisions des collectivités locales visant à limiter les essais d’OGM », explique la journaliste. Cette année, plus de 50 hectares supplémentaires d’essais OGM ont été autorisés en France, annonce en titre Le Figaro. C’est « 7 fois plus que l’an passé », note Marc Mennessier, mais le journal préfère souligner que le nombre de dossiers déposés pour des essais est en chute libre à cause des arrachages. Le journaliste du Figaro laisse la parole au président de la CGB, Marc Fellous, qui regrette une régression de la recherche en France. A titre d’exemple, l’article mentionne les recherches sur une vigne transgénique résistante au virus du court-noué « pour lequel la CGB avait donné son feu vert, mais que le ministère de l’Agriculture n’a jamais autorisé ». « Résultat : le chercheur de l’Inra de Colmar (Haut-Rhin), Marc Fuchs, mène désormais ses recherches à l’université Cornell, aux États-Unis
 », écrit Marc Mennessier. « Entre le cafouillage politique et la détermination des faucheurs, les chercheurs ont du mal à faire entendre leur voix », constate Radio France.


Voir en ligne : Le conseil général du Gers a également ouvert un forum pour accompagner sa proposition de référendum

Top