Accueil > Archives > 13 octobre 2005, Le Figaro, Les Echos et AFP

13 octobre 2005, Le Figaro, Les Echos et AFP

jeudi 13 octobre 2005

Après les biocarburants, les bioplastiques. La disparition définitive des sacs plastiques a été annoncée à grand bruit en France pour 2010. Tout est pourtant parti d’un amendement introduit « discrètement » dans le projet de loi d’orientation agricole, explique Marielle Court dans le Figaro. Tellement discret que le ministère de l’Ecologie et l’Ademe, l’agence de la maîtrise de l’Energie, « n’étaient pas au courant », raconte la journaliste qui estime que « le monde agricole a réussi un beau coup ». « Les députés cherchent surtout, avec cet amendement, à trouver de nouveaux débouchés aux agriculteurs », confirme une dépêche AFP, non signée, publiée par Maire Info, expliquant que les sacs biodégradables sont actuellement fabriqués pour moitié en amidon de maïs, et qu’ils pourraient l’être demain avec d’autres matières végétales comme la pomme de terre, le chanvre ou la tomate. L’interdiction de tous emballages plastiques ne fait cependant pas l’unanimité, signale les Echos, qui rapporte les propos d’un député UMP jugeant cette disposition « séduisante », mais aussi « démagogique » et « irréaliste ». Laurent Wauquiez, député de La Haute-Loire où la filière plastique emploie 5.000 personnes, comme le souligne le journal, est favorable à l’interdiction des sacs en plastique non biodégradables distribués aux caisses des grands magasins, mais hostile à une interdiction s’étendant aux emballages, résume brièvement Les Echos. La journaliste du Figaro estime pour sa part que l’idée est « tout à la fois satisfaisante et ambitieuse », mais son journal signale toutefois que « les industriels n’y croient pas ». Le remplacement de tous les emballages plastiques par des emballages biodégradables est impossible, « aussi bien techniquement qu’en termes de délai », explique le directeur général d’Eco-Emballages, Bernard Hérodin, à l’AFP. La dépêche ajoute que la disparition des sacs plastiques est surtout « symbolique ».


Voir en ligne : En Belgique, Nature et Progrès dénonce "l’imposture du bioplastique et du biodiesel"

Top