Accueil > Archives > 13 janvier 2006, Le Figaro, Le Monde et Le Devoir (Canada)

13 janvier 2006, Le Figaro, Le Monde et Le Devoir (Canada)

vendredi 13 janvier 2006

OGM : 90 millions d’hectares en 2005. Les surfaces cultivées en plantes transgéniques ont représenté 90 millions d’hectares en 2005, selon les chiffres rendus publics par l’Isaaa, une fondation nord-américaine favorable aux biotechnologies, soit une augmentation de 11% par-rapport à 2004. Le Figaro évoque « une forte croissance dans les pays en voie de développement » alors que Le Monde note un « ralentissement de la croissance des terres cultivées ». Le journaliste du Figaro, Marc Mennessier, retient que la République islamique d’Iran a implanté un peu plus de 40 000 ha de riz transgénique, devenant ainsi le premier pays au monde à recourir à des variétés génétiquement modifiées de cette céréale qui est à la base de l’alimentation de 1,3 milliard d’êtres humains parmi les plus démunis. Il cite le président-fondateur de l’Isaaa, le Canadien Clive James, qui affirme que « les cultures transgéniques ont accru les revenus de 7,7 millions de fermiers pauvres de Chine, d’Inde, d’Afrique du Sud et des Philippines ». Son confrère du Monde, Hervé Kempf, préfère souligner que l’avenir des OGM dépend de la Chine. Il cite une autre déclaration de M.James : « Quand elle (la Chine-NDR)les aura acceptés, ce que je crois qu’il arrivera, les OGM se répandront dans toute l’Asie ». Le quotidien canadien Le Devoir revient également sur les chiffres et les déclarations de Clives James. Outre les 90 millions d’hectares déjà cités, ce journal québecois retient également que 8,5 millions d’agriculteurs contribuent à la prolifération de ces organismes dans 21 pays. Dans un encadré, le Figaro souligne que « cinq pays de l’Union européenne (Espagne, Allemagne, France, Portugal, République tchèque) ont cultivé des plantes transgéniques en dépit du rejet qu’elles suscitent ». Le journal cite un chercheur de l’INRA, Guy Riba, qui déplore un « climat anti-OGM ». Le Figaro s’inquiète de voir l’Europe décrocher par rapport à ses principaux concurrents comme les Etats-Unis, le Japon ou la Chine.


Voir en ligne : Le site internet de l’ISAAA (International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications)

Top