Accueil > Archives > 13 février 2006, Le Figaro, Libération, Le Monde, agences A.P et (...)

13 février 2006, Le Figaro, Libération, Le Monde, agences A.P et Reuters

lundi 13 février 2006

La grippe aviaire en Afrique. L’apparition du virus H5N1 a été officiellement signalé au Nigéria la semaine dernière. Une première dépêche de l’agence Associated Press (AP) à Lagos signale l’apparition de l’épizootie à Jaji, au nord du pays, dans « une exploitation industrielle de poules pondeuses, qui comprenait également quelques oies et autruches ». « L’Afrique subsaharienne est particulièrement mal armée pour faire face à une crise sanitaire de grande ampleur », prévient Dulue Mbachu, journaliste de l’AP, qui ajoute : « les experts estiment qu’il sera difficile de mettre en oeuvre un abattage massif des volailles ». Une journaliste de l’agence Reuters, Estelle Shirbon, qui s’est rendue à Jaji, raconte que si le gouvernement nigérian a annoncé qu’il ordonnerait l’abattage de toutes les poulets suspects (...) un représentant du ministère de l’agriculture dans l’Etat de Kano a déclaré que l’abattage n’aurait lieu que si la présence du virus est confirmée. « Nous craignons que les gens en profitent pour abuser des indemnisations promises », explique le fonctionnaire. L’élevage concerné appartient au ministre des Sports du Nigéria, révèle la correspondante de Libération à Lagos. Virginie Gomez rapporte la réaction du ministre interrogé par un quotidien nigérian : « il n’y a pas de grippe aviaire au Nigeria, aucun de mes poulets n’a la grippe aviaire ». Dans Le Monde, Jean-Yves Nau se fait accusateur. « Tout indique aujourd’hui que les autorités sanitaires nigérianes ont tardé à prendre les mesures qui s’imposaient en urgence après la découverte, début janvier, d’un foyer infectieux hautement pathogène dans un élevage industriel de 46 000 poules pondeuses de l’Etat de Kaduna, dans le nord du pays », écrit le journaliste. Dans le même journal, Alexandre Jacquens décrit le Nigéria comme « un pays pauvre et corrompu, désarmé face aux risques de dissémination du virus ». Le Figaro rappelle à son tour aujourd’hui que le Nigéria est le pays le plus peuplé d’Afrique et « l’un des plus misérables », mais sans mettre l’accent sur la corruption. La journaliste, Catherine Petitnicolas, préfère souligner que le sida est déjà très répandu dans le pays et donne la parole au professeur Jean-Claude Manuguerra, de l’Institut Pasteur : « chez les malades immunodéprimés du sida, s’ils sont infectés par un virus de la grippe classique, celui-ci va rester beaucoup plus longtemps dans leur organisme, risquant alors d’augmenter les risques de co-infection avec du virus H5N1 hautement pathogène ». C’est un scénario-catastrophe, selon Le Figaro, qui affirme en titre que « le danger vient d’Afrique ».


Voir en ligne : Les dernières informations sur la grippe aviaire en Afrique par IRIN, agence de presse humanitaire de l’ONU

Top