Accueil > Archives > 12 octobre 2007, Le Figaro, Le Monde, Marianne, Le Monde Eco, Les (...)

12 octobre 2007, Le Figaro, Le Monde, Marianne, Le Monde Eco, Les Echos

vendredi 12 octobre 2007

L’écologie, frein ou moteur de la croissance ? Il faut retirer le principe de précaution de la Constitution. C’est une des propositions faites à Nicolas Sarkozy par Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand à l’Elysée, nommé par le nouveau président de la République à la tête d’une commission "Pour la libération de la croissance française". Le Figaro, qui annonce ces conclusions en avant-première, applaudit des deux mains ce "big-bang". Un membre anonyme de la commission confie au Figaro : « avec le principe de précaution nous n’aurions pas eu d’antibiotiques - trop risqué à créer - pas d’Internet - par crainte des images pédophiles - sans parler des voitures... » Il faut « retrouver le goût du risque », appuie l’éditorialiste Gaëtan de Capele, qui présente le principe de précaution comme « une épée de Damoclès », affirmant au passage son credo libéral : « l’édification de digues réglementaires et la création de toutes sortes de protections ne nous immunisent en rien contre les aléas de la vie ». Le Figaro ne cache pas que cette proposition de Jacques Attali « constitue une pierre dans le jardin de Nathalie Kosciusko-Morizet », qui fut la rapportrice de la charte de l’environnement sous Jacques Chirac. La secrétaire d’État à l’Écologie réagit vivement et lapidairement dans les colonnes du Monde : « la commission Attali a une vision réactionnaire », titre entre guillemets le quotidien du soir. « Il est normal qu’au moment où l’on a, avec le Grenelle de l’environnement, une démarche forte, une démarche de rupture, un certain nombre de conservatismes se remobilisent », confie Nathalie Kosciusko-Morizet à Hervé Kempf. Pour ne pas être en reste, Le Monde publie sur son site internet l’intégralité des propositions de la commission Attali (au format pdf), révélées seulement par bribes dans le Figaro du matin. Cette controverse Attali /NKM, par Le Figaro/Le Monde interposés, doit faire sourire l’hebdomadaire Marianne. « Eric Le Boucher du Monde et Yves de Kerdrel du Figaro participent à la Commission Attali. Le premier s’en vante et le second le cache », résumait l’hebdomadaire. « Parmi les 42 membres de la commission Attali, on compte 21 PDG ou représentants des milieux d’affaires, un (ex)-syndicaliste, mais aucun spécialiste de l’environnement », soulignait de son coté Jean Gadrey, professeur émérite d’économie à l’université Lille-I, dans une tribune au supplément Economie du Monde qui dénonçait « les objectifs "insoutenables" de la commission Attali ». Un autre professeur d’économie retraité soulignait lui aussi dans une tribune aux Echos que dans cette commision, « les économistes de profession se comptent sur les doigts d’une seule main ». André Babeau y expliquait notamment que « l’augmentation de l’aversion au risque... est une explication certes commode à certains comportements, mais cela ne va pas au fond des choses ».


Voir en ligne : Le site de la commission Attali permet à chacun de prendre connaissance des rapports et d’apporter sa contribution

Top