Accueil > Archives > 08 mars 2006, Les Echos et L’Express

08 mars 2006, Les Echos et L’Express

mardi 7 mars 2006

Chimie végétale et génomique animale au salon de l’agriculture. Le salon de l’agriculture a fermé ses portes dans un contexte de morosité et sur une baisse importante de fréquentation. Dans une interview au site internet de l’Express, le président du salon, Christian Patriat, explique la baisse du nombre de visiteurs par la peur de la grippe aviaire et les médias qui « ne parlaient que de ça ». M Patriat préfère cependant retenir de cette édition l’annonce par le premier ministre de la construction de 16 usines de biocarburants en France. « Depuis une décennie, la France produit des carburants verts à base de colza, de blé et de betterave », soulignait L’Express avant même l’ouverture du salon, dans un article à la gloire de la biochimie. « Notre pays, grande puissance agricole, dispose des atouts pour devenir un leader mondial de cette « chimie verte » », affirme Jean-Marc Biais. Le journaliste appelle cependant les agriculteurs à « changer leurs habitudes » car « la matière première agricole destinée aux entreprises chimiques ne répond pas aux mêmes critères de qualité que les cultures à vocation alimentaire », assène le journaliste, sans plus de précision. Moins cocardier, le quotidien Les Echos note à son tour que le salon de l’agriculture fut l’occasion de lancer une « plate-forme technologique européenne sur la génomique animale ». « L’Europe a arrêté de soutenir nos recherches à la fin des années 90 quand la génétique est devenue sulfureuse pour le grand public », explique Didier Boichard, chercheur de l’INRA. Mais le journaliste Matthieu Quiret affirme aujourd’hui que « la génétique revient en odeur de sainteté à Bruxelles ». Il annonce meme que « les scientifiques vont se pencher maintenant sur la grippe aviaire », tout en reconnaissant que « leurs recherches prendront plusieurs années ».


Voir en ligne : "Les français sont méfiants envers ces innovations car ne ressentent plus de manques en terme d’alimentation", retient Charles-Edouard Prévost dans sa synthèse d’un débat sur l’agriculture du futur organisé sur le plateau de la télévision du salon

Top