Accueil > Archives > 07 janvier 2005, Le Monde et La Croix

07 janvier 2005, Le Monde et La Croix

vendredi 7 janvier 2005

Un petit livre jaune pour mettre les agriculteurs au vert. En guise de cadeaux de Noël, tous les agriculteurs français ont reçu deux petits fascicules jaunes qui détaillent les « bonnes conditions agricoles et environnementales » et les directives européennes applicables à compter du 1er janvier sous peine de sanctions financières. « On imagine sans mal le vertige saisissant l’agriculteur moyen à la lecture de ce cahier des charges. Excédés par la paperasse, les paysans pestent contre ce qu’ils considèrent comme du harcèlement administratif », explique Gaëlle Dupont dans Le Monde. « C’est aussi agréable qu’une déclaration d’impôts », réagit un céréaliculteur dans La Croix. Nathalie Birchem, la journaliste du quotidien catholique, explique que pour l’instant, cette réforme ne rémunère pas mieux les agriculteurs les plus vertueux ; elle se contente de sanctionner les contrevenants. Le Monde précise que les anomalies mineures ne feraient pas l’objet de sanctions financières la première année. Les agriculteurs seront simplement alertés par courrier. « La logique de la conditionnalité est la répression. Les contrôles font peur », commente Christiane Lambert dans une interview au quotidien du soir. La présidente du Forum de l’agriculture raisonnée respectueuse de l’environnement (Farre) estime dans La Croix que les sanctions sont « dissuasives », avant d’ajouter : « les agriculteurs français reçoivent huit milliards d’euros d’aide par an, c’est normal que nous ayons des comptes environnementaux à rendre. » Egalement interrogée par Le Monde sur les limites du concept d’agriculture "raisonnée", Mme Lambert indique qu’elle entend faire appel du jugement privant Farre de son agrément d’association de protection de l’environnement et qualifie d’« approximative » une étude de l’Inra affirmant, comme l’écrit Gaëlle Dupont en résumé, que « ses exigences ne dépassent guère le respect de la réglementation ». Dans La Croix, Nathalie Birchem cite Hervé Guyomard, directeur de recherche à l’Inra, qui estime que « pour que l’environnement s’améliore vraiment, il faudrait que les agriculteurs aillent au-delà de cette série de normes ».


Voir en ligne : Et si les arbres revenaient dans les champs ? Futura-sciences fait le point sur les recherches européennes en agroforesterie.

Top