Accueil > Archives > 07 avril 2005, Le Figaro, Libération, Midi-Libre et Paris-Normandie

07 avril 2005, Le Figaro, Libération, Midi-Libre et Paris-Normandie

jeudi 7 avril 2005

Le Fipronil remporte deux victoires, scientifique et juridique. Accusé de décimer les abeilles et interdit d’utilisation dans les champs en février 2004 par le ministre de l’agriculture, le Régent est à nouveau autorisé en France. Hervé Gaymard, n’avait pas accordé à la société BASF Agro, filiale du groupe allemand BASF, le délai suffisant pour formuler ses observations, avant de prendre sa décision, a jugé le Conseil d’Etat repris le 5 avril par Midi-Libre. Le quotidien régional ajoute toutefois que tout le monde s’attend, y compris BASF, à ce que le nouveau ministre de l’Agriculture Dominique Bussereau prenne la même décision d’interdiction que son prédécesseur. Outre cette victoire sur la forme, BASF marquait également le 5 avril des points sur le fond avec la publication d’une étude indiquant que le fipronil « ne présente pas de risque avéré pour la santé humaine », selon une dépêche AFP rapidement mise en ligne sur le site Terre-Net. Le site professionnel Agrisalon publie pour sa part le communiqué commun de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et de l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale (Afsse). Pour le site du Nouvel Observateur, il s’agit d’un « oui mais ». Les deux agences ont en effet souligné « l’insuffisance des données disponibles sur la contamination des denrées alimentaires », explique Libération qui annonce toutefois en gros caractère que le fipronil a été « dédouané ». L’information ne figure que sous la forme d’une "brève" dans Libération. Dans la presse nationale généraliste, seul Le Figaro revient longuement sur cette étude. Le journaliste Yves Miserey, qui n’a jamais caché son agacement face à la curée médiatique de 2004 contre le Régent, prend un malin plaisir à rappeler que le fipronil n’a jamais été interdit en France pour son utilisation anti-puces. « A Madagascar, le Fipronil est utilisé pour tuer les criquets avant de les consommer », rapporte-t-il dans un encadré. « La polémique sur les abeilles donne une image très partielle du Fipronil », estime Yves Miserey. Il dénonce dans son article l’utilisation médiatique d’une étude recherchant des traces de fipronil dans le lait et souligne « le grand écart » de Jean-François Narbonne, toxicologue à l’université de Bordeaux, « qui faisait partie du collège d’experts » et « s’est trouvé souvent aux côtés des apiculteurs pour dénoncer les risques du Fipronil sur la santé humaine ». C’est désormais l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) qui devra se prononcer sur l’usage agricole du fipronil cet automne. « Une décision qui conditionne l’avenir de BASF Agri qui fabrique ce produit à Saint-Aubin-lès-Elbeuf », comme l’écrivait Paris-Normandie à la veille de la décision du conseil d’Etat.


Voir en ligne : Le bilan des semis 2004 traités au Régent TS selon BASF Agro

Top