Accueil > Archives > 06 octobre 2005, L’Agefi, agence AP et Nouvel Obs

06 octobre 2005, L’Agefi, agence AP et Nouvel Obs

jeudi 6 octobre 2005

L’Europe dit non aux régions sans OGM. La Cour Européenne de Justice a donné raison à Bruxelles contre la région de Haute-Autriche qui avait voulu légiférer pour interdire la culture d’OGM sur son territoire au nom du principe de précaution. « Les demandeurs n’ont pas réussi à fournir de preuve convaincante mettant en doute les mérites de cette opinion quant à l’existence d’un danger spécifique », considèrent les magistrats qui se sont appuyés sur un avis de l’Autorité de sécurité alimentaire de l’Union Européenne estimant que les OGM ne constituent pas un danger prouvé pour la santé ou pour l’environnement, résume une dépêche de l’agence AP diffusée sur le site du Nouvel Observateur. L’Agefi, quotidien financier suisse vendu sur abonnement, est le seul journal francophone à répercuter l’information ce matin. La journaliste Marie-Martine Buckens estime que « l’arrêt rendu hier par le tribunal de première instance de la Cour de justice européenne risque de porter un coup fatal au vaste réseau de régions « sans OGM » créé dans toute l’Europe ». A Strasbourg, le groupe des Verts au Parlement européen a immédiatement réagi en soulignant que « 164 Régions, provinces et départements d’Europe se sont déclarés zones sans OGM ». 20 régions européennes avaient signé en février la "charte de Florence". Les eurodéputés Verts demandent à la Commission d’inscrire le droit de se déclarer "région libre d’OGM" dans le droit européen. Un eurodéputé souverainiste du MPF de Philippe De Villiers avait également regretté en 2003 que la Commission « interdise à l’Autriche de se protéger ». Les Amis de La Terre vont dans le même sens, mais en réclamant plus de pouvoir pour les régions. L’association rappelle que la loi régionale adoptée en Haute-Autriche n’avait pas pu être promulguée en raison du blocage de la Commission et souligne qu’« aucune mesure de coexistence n’a encore été mise en place au niveau de l’ensemble de l’Union européenne pour protéger les agriculteurs et les citoyens contre la contamination génétique. » Si l’Autriche est en pointe en Europe dans le mouvement anti-OGM, c’est qu’elle n’a pas de grandes industries de biotechnologie sur son territoire et qu’elle « privilégie les petites fermes familiales, une vision plus romantique de l’agriculture, moins industrielle », explique le site canadien Science-Presse.


Voir en ligne : L’Association des Régions d’Europe réclame un "partage des pouvoirs" pour les cultures d’OGM

Top