Accueil > Archives > 06 avril 2005, Le Monde, Le Figaro, Libération et Radio-Canada

06 avril 2005, Le Monde, Le Figaro, Libération et Radio-Canada

mercredi 6 avril 2005

Projets de grands barrages au Laos et au Canada. De nombreux titres français ont annoncé la décision de la Banque Mondiale de financer un grand barrage au Laos. Il faut dire qu’EDF détient 35% des parts de la société chargée du projet, estimé à 1,2 milliards de dollars. Le montage financier, « interrompu par Berçy, a été repris en 2003 sur intervention de Jacques Chirac », souligne Jacques Pomonti dans Le Monde. Le correspondant du journal en Asie du Sud-Est explique que l’objectif est de vendre près d’un millier de mégawatts d’électricté par an à la Thaïlande, « qui devraient générer 220 millions de dollars annuels à partir de 2010 et pendant vingt-cinq ans ». Libération signale les conséquences écologiques et sociales négatives du projet. « Il est peu probable qu’il bénéficie aux populations pauvres », conclut le journal, citant les Amis de la Terre. Le Figaro reprend cette critique ainsi que celle de l’ONG américaine Environmental Defense. Pour la journaliste Caroline de Malet, il s’agit d’un « revirement stratégique » pour la Banque mondiale « qui illustre sa nouvelle stratégie « grands risques, grands bénéfices », décidée en 2003 ». Même analyse de Babette Stern et Hervé Kempf dans Le Monde. Les deux journalistes rappellent que la Banque Mondiale avait refusé de financer le barrage des Trois-Gorges en Chine et avaient annulé ses prêts à des grands projets en Inde. « La Banque n’est par ailleurs pas indifférente à la pression de la Chine et de l’Inde, partisanes des barrages, et qui sont désormais en mesure de les construire seules. Elle préfère participer aux projets pour mieux les orienter », concluent les journalistes du Monde. A milles lieux du Laos, Radio-Canada évoque un projet de « mégabarrage » de 4 milliards de dollars dans la province de Terre-Neuve-Labrador. La radio signale que si les provinces voisines de Québec et de l’Ontario sont intéressées, la Chine serait également prête à investir dans ce projet « en échange d’approvisionnement en métaux divers ». On apprend au passage que la province de Terre-Neuve estime avoir été « escroquée » par les Quebécois lors de la construction d’un premier barrage sur la rivière Churchill.


Voir en ligne : Compte-rendu d’un "atelier technique" consacré au projet de barrage au Laos par la banque Mondiale à Paris (pdf)

Top