Accueil > Archives > 05 mars 2007, Sud Ouest, RTL, Libération, Le Figaro, Le Monde, Nouvel Obs, (...)

05 mars 2007, Sud Ouest, RTL, Libération, Le Figaro, Le Monde, Nouvel Obs, L’Express, Agrisalon et agences (AFP, AP, Reuters)

lundi 5 mars 2007

Procès d’un agriculteur ruiné et meurtrier. Le procès de Claude Duviau, un agriculteur qui avait tué deux inspecteurs du travail sur son exploitation de Saussignac (Dordogne) en septembre 2004, a débuté lundi devant la cour d’Assises de Périgueux. Un procès « très médiatisé », constate Sud Ouest.« Plus de quarante journalistes de la presse écrite, parlée et audiovisuelle suivront les débats », indique le quotidien régional, qui évoque les difficultés de circulation dans la ville en raison d’une manifestation des collègues des deux inspecteurs tués, lundi après-midi. Libération semblait craindre un « contre-rassemblement » des syndicats agricoles, et surtout de la Coordination Rurale, présenté comme « très à droite » et qui réclamait en 2004 la fin des visites inopinées des inspecteurs du travail sur les exploitations, rappelle le quotidien national. La journaliste Muriel Gremillet présente la triste histoire qui a conduit à ce procès comme la confronation « d’un agriculteur à bout face à des fonctionnaires à vif ». Sur le même registre, RTL estime que ce sont deux corporations qui s’opposent : « d’un côté les agriculteurs, de l’autre les inspecteurs du travail », écrit la radio périphérique pour présenter le procès sur son site internet. Un scénario binaire que refuse justement Le Figaro. Le journaliste Stéphane Durand-Soufland souligne dans son article « le risque de voir le procès d’un homme transformé en combat d’archétypes - fonctionnaires méritants en butte aux petits paysans accablés de taxes et de réglementations, avec les relents poujadistes sous-jacents ». Dans Le Monde un premier article estime que le procès doit effectivement permettre de comprendre « les ressorts psychologiques qui ont conduit l’accusé à passer à l’acte ». Acacio Pereira rappelle que Claude Duviau était « un ancien agent d’assurance reconverti dans l’agriculture », au bord d’une « faillite personnelle ». Le quotidien du soir consacre néanmoins un deuxième article aux syndicats des inspecteurs du travail, qui dénoncent « une montée des incidents ». « L’année qui a suivi le meurtre a été une année noire, avec une multiplication des incidents de contrôle sur le terrain, des injures et des menaces avec des références souvent explicites à Saussignac », souligne Luc Béal-Rainaldy, porte-parole du syndicat des inspecteurs du travail FSU, dans une dépêche de l’agence AP publiée sur le site du Nouvel Observateur. L’Express préfère recourir sur son site à l’agence Reuters, qui rappelle que la Coordination Rurale, tout « en condamnant le crime, l’impute publiquement aux difficultés économiques de la profession agricole ». Le site professionnel agricole Agrisalon a pour sa part recours à l’AFP, qui précise que parmi les 7 travailleurs saisonniers présents sur l’exploitation au moment du drame, « trois avaient été recrutées directement par M. Duviau tandis que les quatre autres avaient été mises à disposition par une entreprise extérieure, gérée par un certain Belkheir Cherif ».


Voir en ligne : Lecture critique du compte-rendu de ce "fait divers" sur le site Acrimed

Top