Accueil > Archives > 02 novembre 2005, Libération, Le Figaro, 20 Minutes, Metro, Sud Ouest, La (...)

02 novembre 2005, Libération, Le Figaro, 20 Minutes, Metro, Sud Ouest, La Dépêche du Midi et La Nouvelle République

mercredi 2 novembre 2005

Intoxications au steak haché. La bactérie 0157.H7 a provisoirement détrôné le fameux virus H5N1 dans la presse française au cours du week-end de la Toussaint. Après l’hospitalisation de 18 personnes, principalement des enfants, intoxiqués par une bactérie de type Escherichia coli , le Figaro titre sur « la plus importante épidémie de syndrome hémolytique et urémique (SHU) liée à une intoxication alimentaire jamais observée en France ». Libération relativise en évoquant en bref « une épidémie rare due à des steaks hachés surgelés ». Le Figaro insiste sur la gravité de la maladie en citant d’autres épidémies causées par E Coli dans le monde par le passé. Le journal revient aussi dans un deuxième article sur la gestion de crise par les centres Leclerc. Libération se contente de souligner qu’il a suffit de « trois lots avariés » vendus dans les grandes surfaces Leclerc pour intoxiquer plusieurs enfants. « C’est typiquement le cas dans lequel les victimes pourraient porter plainte en nom collectif (« class action ») », analyse dans le Figaro Arnaud Dupui-Castérès, fondateur d’une cellule de crise spécialisée dans l’agroalimentaire, qui estime que Leclerc est le plus exposé « car c’est l’enseigne préférée des Français ». Le quotidien gratuit Métro décrit les efforts déployés par le distributeur pour retrouver 13.000 paquets de viande suspects et surtout les acheteurs, estimant que « la moitié d’entre eux ont été consommés presque immédiatement après l’achat ». Son concurrent 20 Minutes indique au contraire que la principale difficulté tient au fait que « les steaks surgelés peuvent être conservés jusqu’à l’été 2006 ». La Dépêche du Midi consacre également un article au « dimanche de crise chez E.Leclerc ». Le quotidien régional explique que « ce sont deux pédiatres, l’un du centre hospitalier de Pau et l’autre du CH de Bordeaux, qui ont donné les premiers l’alerte mardi dernier ». Les consommateurs ont bien été avertis, constate avec satisfaction Sud Ouest, qui note que « la situation semble stabilisée sur le sol français » mais que l’alerte touche aussi l’Espagne et le Portugal, où quelques lots suspects ont été exportés.
Les deux quotidiens régionaux donnent des nouvelles des personnes hospitalisées, principalement dans le sud-ouest. Dans l’ouest, la Nouvelle République s’inquiète davantage pour la santé économique de la Soviba, la société qui a produit la viande contaminée, et note que l’usine du Lion d’Angers, qui emploie 700 personnes et produit quelque 160.000 tonnes de viande par an, « n’avait pas connu pareille affluence médiatique depuis le catastrophique épisode de la vache folle au milieu des années 1990 ».


Voir en ligne : "Nous avons choisi dans un premier temps de privilégier l’information sur la zone touchée par la crise", explique Michel Edouard Leclerc sur son blog.

Top