19/06/2012
Vient de paraître. Juin 2012
Mots-clés: Climat

Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)


Nombre de maladies, transmises par les moustiques notamment, évoluent avec le réchauffement climatique et migrent vers des zones moins chaudes. Ainsi, le virus West Nile Fever jusqu’alors cantonné en Afrique sévit aujourd’hui en Camargue. Dans les prochaines années, d’autres maladies considérées comme tropicales apparaîtront en Europe de l’Ouest.
Qu’en en est-il des végétaux, des fruits et légumes, des agricultures du Sud et du Nord ? A l’instar des animaux, le changement climatique a-t-il déjà un fort impact sur l’agriculture ? Au risque de créer de véritables pénuries dans les sociétés occidentales ou les pays du Sud ?
A l’inverse, ce changement de climat est-il un atout pour certaines régions du monde ? Comment les scientifiques et les politiques s’organisent ils pour répondre à cette nouvelle donne et relever les nouveaux défis ?
Pour répondre à toutes nos questions, nous avons invité Jean-Louis Sarah, entomologiste, spécialiste des risques phytosanitaires, chargé de mission à la Direction Générale Déléguée à la Recherche et à la Stratégie du Cirad. Une interview menée lors de l’émission radiophonique mensuelle de la Mission Agrobiosciences « Ça ne mange pas de pain ! » de juin 2012, consacrée aux fruits et légumes.

Quand les plantes s’acclimatent
Une interview de Jean-Louis Sarah, entomologiste, spécialiste des risques phytosanitaires, chargé de mission à la Direction Générale Déléguée à la Recherche et à la Stratégie du Cirad, lors de l’émission radiophonique mensuelle de la Mission Agrobiosciences « Ça ne mange pas de pain ! » de juin 2012 : Surgelés, innovation, réchauffement climatique : les fruits et légumes font peau neuve.

Sylvie Berthier : Quelles sont les principales conséquences du réchauffement climatique sur les fruits et légumes dans le monde ? S’agit-il de risque de sécheresse, donc de la difficulté à cultiver, de la migration de maladies des végétaux du Sud vers le Nord, de l’apparition de nouveaux risques phytosanitaires ?
Jean-Louis Sarah. D’une manière générale, les personnes qui étudient ce phénomène, s’accordent à penser que ce réchauffement fait peser de grands risques pour l’agriculture mais des risques difficilement prévisibles et encore moins à quantifiables. De nombreux paramètres rentrent en jeu et le seul point sur lequel on puisse s’accorder c’est que ce phénomène accroît les incertitudes !
Globalement, pour schématiser, le réchauffement climatique est lié à une augmentation de la teneur de gaz à effet de serre, c’est-à-dire des gaz qui laissent passer la chaleur venant du soleil et qui l’empêchent de repartir, exactement comme un vitrage. Parmi ces gaz, le principal est le CO2, celui que nous rejetons en respirant ou qui sort des pots d’échappement de nos voitures. Or, la photosynthèse des plantes utilise le CO2 (et de l’eau) pour fabriquer du sucre, à partir duquel elle va fonctionner et fabriquer de la plante. A priori, donc, cette augmentation de CO2 est plutôt une bonne nouvelle pour les plantes et pour la production agricole. De plus l’augmentation de la chaleur, jusqu’à un certain point évidemment, va aussi avoir un effet positif en accélérant les mécanismes chimiques naturels des plantes et donc leur croissance et leur développement. Jusqu’ici tout va bien.
Malheureusement, premier problème, la consommation en eau des plantes va forcément augmenter, d’abord avec la photosynthèse (CO2 + eau = sucre) et, surtout, à cause de la transpiration des plantes qui, comme nous, évaporent de l’eau (par leurs feuilles) pour faire baisser leur température et ne pas cuire au soleil. Or le réchauffement climatique risque d’accroitre les risques de sécheresse, notamment dans le Sud de la France.
Second problème qui m’intéresse tout particulièrement, ces conditions vont aussi favoriser les bioagresseurs, c’est-à-dire les organismes qui vivent aux dépens des plantes : des virus, des bactéries, des champignons, des insectes, etc.

A votre avis quels sont les risques potentiels les plus probables et à quel terme : moins de cultures, risques phytosanitaires ?
Sur la production des cultures, les risques sont relativement limités avec une hypothèse raisonnable de + 2 à 3° C sur le siècle. Au-delà, cela peut vite basculer. Les problèmes posés par une sécheresse accrue menacent plutôt la partie Sud de la France alors que, au Nord, il s’agit davantage de risques d’inondations. A cela s’ajoutent des risques d’accroissement des phénomènes extrêmes, tempêtes, grêle, gel (paradoxalement), etc. Cela dit, il ne s’agit pas de phénomènes apocalyptiques, mais de risques accrus. Ce qui est le plus probable, ce sont des déplacements progressifs des zones favorables (et défavorables) à telle ou telle culture (de la vigne en Angleterre par exemple !).
En revanche, concernant les bioagresseurs, on peut s’attendre à une aggravation assez nette, liée à la fois à l’accroissement de la pression exercée par les espèces existantes, mais surtout à un accroissement significatif des phénomènes invasifs et des émergences.
Ces phénomènes ne sont pas nouveaux, ils étaient déjà signalés dans les manuels agricoles de la fin du 19ème siècle. Nous gardons en mémoire l’effet désastreux du phylloxera de la vigne, et, pire encore, du mildiou de la pomme de terre qui a affamé l’Irlande avec des conséquences dramatiques. Aujourd’hui, les risques s’accroissent de plus en plus pour deux raisons qui se complètent. D’abord un accroissement des échanges sans précédent (mondialisation) : à la fois de l’importation de fruits et légumes d’autres continents, et l’accroissement du tourisme, chacun étant content de ramener une petite plante exotique dans ses bagages. A cela s’ajoute donc le réchauffement climatique qui va permettre de plus en plus à des espèces venues des pays chauds de s’acclimater ici et de proliférer. Il y a une combinaison de ces deux facteurs.
Le problème est que ces espèces « importées » arrivent dans un milieu où elles n’auront pas forcément d’ennemis naturels et où les traitements pratiqués, surtout les traitements alternatifs à la lutte chimique, c’est-à-dire la lutte biologique, la lutte intégrée, etc. risquent d’être moins, voire pas du tout, efficaces contre elles. Avec ce risque : soit la perte de récoltes potentiellement importante, soit le retour à des traitements chimiques intensifs.
A cela s’ajoute la pression de sélection exercée par ces conditions nouvelles et favorisant l’émergence, au niveau des populations autochtones, de nouvelles souches ou races pouvant être plus virulentes ou plus agressives.

Concernant les agriculteurs français, comment doivent ils se préparer à ces mutations ?
Les scientifiques n’ont pas de boules de cristal, mais ils disposent de données et de connaissances des mécanismes grâce auxquels ils peuvent construire des hypothèses plus ou moins probables, plus ou moins plausibles. Et bien sûr, leur devoir est d’alerter les puissances publiques ou les différents acteurs, les agriculteurs notamment, sur les risques les plus graves. Mais, encore une fois, il est difficile de prévoir ce qui va arriver.
Cela dit on peut en avoir une idée avec des invasions ou des extensions récentes, comme la mouche blanche Bemisia tabaci, vectrice de maladies virales et véritable fléau en serres sur tomates, mais aussi d’autres fruits et légumes comme le concombre ou le melon ou, toujours sur la tomate, le papillon Tuta absoluta arrivé d’Amérique du Sud en 2006 en Europe, signalé dans le Var en 2008 et aujourd’hui présent jusqu’en Bretagne ; ou encore comme la mouche des fruits Drosophila suzukii originaire, comme son nom l’indique, du Japon, arrivée en Europe en 2008, en France depuis 2010 et qui s’attaque aux fruits rouges en général et aux cerises en particulier (mais aussi aux pêches, abricots, kiwis, etc.). Face à ces problèmes nouveaux, les agriculteurs se retrouvent généralement démunis, et le phénomène ne peut que s’accroitre. Comme on le voit ces invasions sont généralement imprévisibles (on ne peut pas dire à l’avance quelle sera la prochaine sur la liste) et peuvent s’étendre rapidement, en deux à trois ans. Cela va vite, et c’est plus rapide, en général, que la mise au point de méthodes de lutte adaptées. Dans cette course de vitesse, la détection précoce des problèmes est essentielle et cela nécessite une collaboration étroite entre les agriculteurs, les services de la protection des végétaux et les scientifiques.

D’un point de vue scientifique, quels sont donc les grands défis à relever ?
Ces défis sont très nombreux et fascinants pour un scientifique. Ils relèvent à la fois de la recherche pure à différents niveaux (des gènes aux paysages) mais aussi de l’organisation de la recherche elle-même. Je m’explique.
Sur la recherche pure, nous allons nous intéresser aux mécanismes évolutifs des populations (apparition de nouvelles souches ou résistance aux traitements par exemple), au développement de méthodes de diagnostic précoces et fiables (ADN), aux relations entre le bioagresseur et la plante (attraction, attaque/défense, virulence, agressivité…), au cycle de vie de l’espèce pour identifier les maillons les plus faibles, à son écologie pour identifier par exemple d’éventuelles méthodes de piégeage ou des organismes antagonistes (lutte biologique), suivre les épidémies, détecter les plantes réservoirs possibles, réaménager les parcelles et les zones non cultivées etc.. Tout cela, je dirais, c’est la routine pour les chercheurs. Ils savent faire, c’est leur boulot, on peut leur faire confiance. Alors, parfois, c’est un peu compliqué et les résultats peuvent être un peu longs à venir...
Mais pour moi, et pour de nombreux collègues, le défi le plus important reste une mise en réseau de la recherche et une collaboration accrue à la fois interne et externe. Interne en favorisant la multidisciplinarité (agronomes, écologues, spécialistes des bioagresseurs, sociologues, économistes, etc.) pour résoudre des problèmes complexes qui ne sauraient trouver de réponse simple. En externe, et plus particulièrement à l’échelle internationale, pour favoriser la coopération entre les pays et tout particulièrement les pays du Sud afin de développer les connaissances sur les bioagresseurs exotiques et limiter les risques d’être pris au dépourvu lorsqu’ils arrivent. Dans un milieu compétitif comme la recherche, le concept n’est pas facile à développer et la course aux financements des meilleures équipes ne favorisent pas, disons pas naturellement, la coopération. En cela le Cirad est plutôt une exception, une sorte d’ovni dans ce paysage puisque son mandat-même est celui de la coopération, en particulier avec les pays du Sud. Par ailleurs, de plus en plus, les financements de projets de recherche, notamment au niveau européen, ciblent les projets en collaboration internationale. Encore insuffisamment, et d’une manière encore trop élitiste (favorisant les partenaires les plus avancés), mais la tendance va dans le bon sens.

Les politiques ont-ils vraiment pris la mesure des enjeux ? En terme de prévention, de gestion de ce risque.
Au niveau mondial ce n’est pas évident, il n’y a qu’à voir les timides avancées depuis Rio et la déception de Copenhague. Les lobbies climato-sceptiques sont économiquement (donc politiquement) très puissants.
Cela dit, au niveau européen et français, le paysage est plus réconfortant, malgré les inerties. Changer des réglementations ou prendre des décisions prend du temps. Alors cela bouge assez vite quand la santé humaine est directement menacée (grippe aviaire, chikungunya par exemple). Pour ce qui est des risques phytosanitaires, plus insidieux, et ne menaçant qu’indirectement la santé humaine, cela demande des efforts permanents de pédagogie et de persuasion. Tout de même, une bonne nouvelle ! Depuis les émeutes de la faim, l’agriculture revient dans les agendas des réunions politiques. On a cessé de la regarder, dans un aveuglement typiquement « Nordiste » de nantis, comme une source de problèmes liés à la surproduction, où la solution était de baisser cette production. La bonne question est bien : « Comment nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050 »
Au niveau opérationnel, nous travaillons en étroite association avec les Services de la protection des végétaux du ministère de l’Agriculture, notamment pour développer les analyses de risques phytosanitaires, qui se développent aussi au niveau européen. Il s’agit de dresser un inventaire des espèces potentiellement invasives en évaluant pour chaque espèce, les risques d’introduction et les risques de prolifération en cas d’introduction afin de préparer les mesures (méthodes de détection, mesures de quarantaines, etc.) afin de limiter les risques concernant les espèces les plus menaçantes. A la Réunion, nos laboratoires de recherches partagent les mêmes bâtiments que les services de protection des végétaux.

Les pays du Sud ont-ils une chance de tirer leur épingle du jeu ou bien sont-ils condamnés à cause de ce réchauffement ?
La réponse n’est pas unique. Ça dépend du niveau de développement, le Brésil ou la Chine ce n’est pas le Malawi ou le Bangladesh. Tout dépend de leur situation géographique plus ou moins exposée, de leurs ressources (pétrole, mines, etc.) et, bien sûr, de leur potentiel agricole, de leur capacité à le faire fonctionner, à l’exprimer. Trivialement, il vaut mieux être riche, en bonne santé, et bien placé…
Les Etats insulaires ou côtiers (Bangladesh par exemple) sont menacés par la montée des eaux ; les zones sèches risquent de s’étendre. Le problème c’est le cumul des peines : les pays les moins avancés cumulent l’absence de richesses et une désorganisation de leur gouvernance. Alors, évidemment, ils sont inaudibles dans les instances politiques internationales. S’y ajoute un phénomène nouveau, celui de l’acquisition des terres agricoles par d’autres Etats (Arabie Saoudite et Chine notamment), au détriment des populations locales. Dans tout cela, à la limite, sauf pour les zones exposées à la montée des eaux ou à une aggravation de la sécheresse, le réchauffement climatique n’est pas le problème majeur. Il y a bien d’autres priorités à régler qui, si elles le sont, auront de toute manière des répercussions sur la minimisation des conséquences du réchauffement climatique. Dans cet esprit, j’en reviens à la nécessité de développement du partenariat international et nous avons tendance à penser au sein du Cirad que le partenariat scientifique peut être une des clés du développement de ces pays, ce que nous synthétisons par la formule « le développement par la science ». Vaste programme, avec juste ce qu’il faut d’utopie pour faire bouger les lignes, mais on n’a pas le choix et il faut faire vite. Ça chauffe !

Pour aller plus loin, lire sur le site de la Mission Agrobiosciences

  • A propos du changement de climat
    Quel climat fera-t-il demain, un Cahier de l’Université des Lycéens (novembre 2003) avec Jean-Claude André, météorologue et physicien, et Emmanuel Cloppet, agronome, chef du service agro-météorologie (Météopole de Toulouse)
    Changement de climat, climat du changement, une Table ronde pour les étudiants de l’Ensat (octobre 2011) avec Olivier Godard, économiste, Daniel Boy, sociologue, et Bernard Seguin, directeur de recherches Inra.
Avec Jean-Louis Sarah, entomologiste, Cirad

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société, Cancers et alimentation, Obésité : le corps sous pressions ; Le consommateur, l’alimentation et le développement durable et Lutte contre la faim : analyses, décryptages, leviers d’action. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top