19/05/2010
Vient de paraître. Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !". Mai 2010
Mots-clés: Santé

Alimentation et société. "Mamie, n’oublie pas ta gélule ! Mémoire, âge mûr et Omégas-3" (interview originale)

Dans un contexte de vieillissement de la population et d’accroissement de la durée de vie, la maladie d’Alzheimer et les troubles apparentés sont devenus un enjeu de santé publique. S’il n’existe pas encore de traitement curatif, les recherches ont désormais mis à jour un certain nombre de facteurs qui pourraient retarder son apparition. Dans ce contexte, le Gérontopôle de Toulouse mène une expérience innovante dans le domaine de la prévention des troubles de la mémoire - l’étude MAPT - dont l’un des axes concerne l’alimentation, plus précisément la consommation d’Omégas-3.
Retour sur cette étude unique avec Sophie Gillette, chef de projet et coordinatrice de la recherche au Gérontopôle Toulouse. Un entretien réalisé par Sylvie Bertier, de la Mission Agrobiosciences à l’occasion de l’émission spéciale de "Ça ne mange pas de pain !" de mars 2010 : "Alimentation et société : tout vieux, tout flamme".

Mamie, n’oublie pas ta gélule ! Mémoire, âge mûr et Omégas-3
Séquence "Les pieds dans le plat" de "Ça ne mange pas de pain !". Emission de mars 2010 "Alimentation et société : tout vieux, tout flamme"

S. Berthier. Nous en avons tous fait l’expérience : il suffit d’avoir des soucis, d’être fatigué, et voilà qu’on ne sait plus où l’on a posé ses lunettes, ses clés ou son téléphone portable. On a beau se creuser les méninges, impossible de se rappeler le nom de tel livre, de telle fleur ou de tel acteur. Nous avons tous des petits problèmes de mémoire à un moment ou à un autre. C’est rageant, handicapant parfois.
Des désagréments classiques de la vie quotidienne qui, à partir d’un certain âge, commencent à devenir angoissants. En toile de fond, plane la redoutée maladie d’Alzheimer [1], forme la plus fréquente des démences, c’est-à-dire des troubles mentaux graves. Près de 860 000 personnes sont touchées en France. S’il n’existe encore aucun traitement curatif, de bons espoirs de mettre en place des stratégies préventives, qui permettraient de retarder son apparition, existent.
Les Toulousains ont la chance de bénéficier d’un Gérontopôle, le premier et le seul en France à l’heure actuelle. Nous avons invité Sophie Gillette, chef de projet et coordinatrice de la recherche au Gérontopôle Toulouse, à nous parler d’une expérience unique de prévention des troubles de la mémoire chez les personnes âgées, l’étude MAPT lancée en 2008.

S. Berthier. Quelles sont les principales missions du Gérontopôle ?
S. Gillette. Le Gérontopôle a été créé en 2007, par le professeur Vellas, responsable du service de médecine interne et gérontologie du CHU de Toulouse, sur lettre de mission des ministres de l’époque, Xavier Bertrand et Philippe Bas. L’objectif général du Gérontopôle est de répondre aux besoins actuels des personnes âgées et ses missions sont triples.
La première mission consiste à développer l’accès à l’innovation thérapeutique et à la recherche clinique pour les personnes âgées, malades, fragiles qui en sont souvent exclues. La maladie d’Alzheimer est principalement ciblée.
La deuxième mission du Gérontopôle a été de mettre en place un Institut du Vieillissement, aujourd’hui situé dans les locaux de la Faculté de médecine Toulouse Purpan, sur les allées Jules Guesdes. Son objectif est de développer des actions de prévention et de promotion de la santé pour les seniors. C’est le cas de l’étude MAPT dont nous allons parler plus en détail, qui concerne la prévention des troubles de la mémoire, chez des seniors fragiles de 70 ans et plus. Un certain nombre d’actions sont également menées en partenariat avec l’Université du troisième âge ou le point Info Seniors de la mairie de Toulouse.
Enfin, la troisième mission consiste à développer la recherche pour les personnes âgées dépendantes vivant en Ehpad [2].

Pouvez-vous nous donner quelques chiffres clés concernant les personnes âgées, les troubles de la mémoire, la maladie d’Alzheimer et son évolution ?
Bien sûr. 860 000 personnes sont touchées en France par la maladie d’Alzheimer, 27 millions dans le monde. Des projections montrent que ce chiffre pourrait quadrupler d’ici 2050 dans le contexte actuel de prise en charge, c’est-à-dire en l’absence de traitements curatifs. L’incidence de la maladie est par ailleurs de 220 000 nouveaux cas chaque année en France.

En deux mots, la maladie d’Alzheimer est-elle une maladie génétique ? Quelle est la part liée à l’environnement ?
Un faible pourcentage (5 à 7 %) des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont la forme « familiale » de cette maladie (autrefois appelée « forme précoce de la maladie d’Alzheimer »). À un moment donné de l’histoire familiale, certains gènes ont subi une mutation, celle-ci étant à l’origine des caractéristiques anormales qui engendrent la maladie. Les gènes héréditaires impliqués permettent de distinguer la forme familiale d’une autre forme plus courante de la maladie d’Alzheimer, la forme sporadique. Mais les deux formes sont, pour le reste, identiques. Si certains facteurs échappent à notre contrôle (par exemple l’âge), d’autres facteurs de risque importants de la forme sporadique peuvent être réduits par un mode de vie sain [3].
Pour revenir sur la définition de la maladie, c’est une affection neuro-dégénérative qui s’accompagne d’une altération progressive des fonctions cognitives, associée à une perte d’autonomie et à des troubles du comportement. On dit usuellement que la maladie d’Alzheimer est une maladie de la famille. Il est important de le souligner, car tout au long de la maladie, la famille va supporter l’essentiel de la prise en charge ; elle joue donc un rôle d’accompagnement fort.

Venons-en à l’étude MAPT, que vous avez lancée en 2008, de prévention des troubles de la mémoire, et non pas de prévention d’Alzheimer. Pourquoi cette étude ? Quelles sont vos hypothèses ?
MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) est une étude de prévention des troubles de la mémoire qui cible des personnes âgées de 70 ans et plus, fragiles, c’est-à-dire des personnes âgées qui vont présenter une lenteur à la marche, des difficultés pour réaliser des gestes de la vie quotidienne, ou encore une plainte de leur mémoire ayant motivé leur besoin d’en parler à leur médecin traitant.
L’objectif de cette étude est de tester l’impact de mesures préventives sur l’apparition des troubles de la mémoire. Ces mesures sont de deux types : d’abord, une complémentation nutritionnelle à base d’Omégas-3 et, second type d’intervention, vraiment novateur, une intervention multidomaine. Cette dernière consiste à proposer aux personnes âgées de se réunir en petits groupes, sous forme d’ateliers, où elles suivent un enseignement concernant des exercices d’entraînement de leur mémoire, des recommandations sur des exercices physiques et des recommandations nutritionnelles.
Alors, pourquoi avons-nous décidé de mettre en place ce type d’intervention qui représente l’une des premières mondiales ? Eh bien, nous disposons d’un grand nombre de données d’études observationnelles qui ont montré que le mode de vie pouvait influencer l’apparition des troubles de la mémoire, voire de la maladie d’Alzheimer avec l’âge. Par exemple, nous savons désormais que la pratique régulière d’exercice physique peut être un facteur protecteur ; l’alimentation, notamment la consommation d’aliments riches en Omégas-3, également. En revanche, l’isolement, le sentiment de solitude sont des facteurs de risque. Tout ce qui permet de stimuler, de travailler la mémoire, sont des facteurs protecteurs.
Avant de pouvoir faire des recommandations, nous devons d’abord mettre en place des essais cliniques afin de montrer quel type d’intervention sera efficace. C’est dans ce contexte là que nous avons décidé de mettre en place l’étude MAPT. 1200 personnes âgées fragiles de 70 ans et plus sont en cours de recrutement dans cette étude et seront suivies pendant trois ans.

Vous aurez donc les premiers résultats en 2011 ?
Non, plus tard, car l’étude a commencé en 2008 et recruter 1200 sujets est un travail de longue haleine. La seule phase de sélection et de recrutement de la population dure environ deux ans. Nous aurons donc des résultats fin 2013, début 2014.

Concernant la supplémentation en Omégas-3, la moitié des personnes va prendre des placébos et l’autre moitié des Omégas-3. Quelles doses leur donnez-vous, car des expériences (comme celles du bêta-carotène qui ne protège pas mais favorise le cancer du poumon s’il y a surconsommation) ont produit l’inverse de l’effet attendu ?
Comme le soulignait le précédent intervenant [4], il est difficile de faire des recommandations sur les compléments nutritionnels, parce que la littérature scientifique varie quelque peu. Définir la bonne dose à administrer reste encore un peu illusoire. Dans l’étude MAPT, la complémentation est de 800 mg de DHA [5] par jour. Pourquoi cette dose-là ? Parce qu’il existe quand même des recommandations sur lesquelles on peut s’appuyer. Ainsi, la recommandation actuelle de l’Afssa portant sur le DHA, qui a été publiée en 2003 avec celles des autres acides gras, est de 2 g par jour.
L’enquête Calipso [6] avait montré que la consommation de la population est de l’ordre de 700 mg par jour. Nous faisons donc l’hypothèse que notre alimentation couvre à peu près 1 g des apports par jour. Nous complétons à hauteur de 800 mg, pour ne pas dépasser cette recommandation de 2 g par jour. Ainsi, les personnes de notre cohorte ne peuvent pas être, normalement, en surdosage. Car je rappelle que toute personne qui souhaite participer à l’étude doit remplir un certain nombre de critères. Nous examinons bien sûr les habitudes de consommation particulièrement la prise éventuelle de compléments en Omégas-3. Il s’agit de s’assurer que ces personnes peuvent ou non participer à l’étude, ceci afin d’éviter les surdosages. Nous sommes vraiment vigilants.

Cherchez-vous encore à recruter des personnes âgées ?
Oui, nous cherchons encore des personnes, de 70 ans et plus - j’insiste bien sur le critère d’âge- , des personnes fragiles. Pour avoir plus de renseignements, elles peuvent appeler au 05 61 77 92 18. J’ajoute que les personnes ne sont pas obligées de venir à Toulouse pour faire cette expérience. Le Gérontopôle a délocalisé l’étude dans différents hôpitaux de la région, à Lavaur, Castres-Mazamet, Foix, Tarbes, mais aussi dans des villes hors de notre région, comme Bordeaux, Montpellier, Limoges, Dijon, Lille, Lyon et Nice.

Propos de table
Discussion avec les chroniqueurs

L. Gillot. Vous venez de préciser que la prise de compléments alimentaires peut être un critère d’exclusion. Parmi les personnes que vous avez rencontrées, y en a t il beaucoup qui en prennent, ou est-ce que cela reste anecdotique ?
S. Gillette. Cela peut arriver notamment par exemple chez des personnes souffrant d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge et qui sont souvent déjà complémentées en Omégas-3.

B. Sylvander. Vous avez dit que le mode de vie, l’isolement notamment, peut influer sur les troubles de la mémoire. On peut imaginer, à l’inverse, que la stimulation pourrait faire du bien. Ma question est quel type de stimulation ? Est-ce que ce sont des stimulations de type cognitif, mental, ludique, affectif ou imaginaire ?
Je crois très fortement au côté social… Au sein des groupes, des ateliers, il va y avoir une stimulation sociale assez forte et j’espère qu’elle sera positive. Pour monter le volet stimulation cognitive et mentale de MAPT, nous nous sommes appuyés sur les résultats d’une équipe américaine - qui avait conçu un programme s’appuyant sur des stratégies d’entraînement de toutes les capacités de raisonnement - et sur une équipe de Montréal qui, elle, propose des stratégies pour l’imagerie mentale. L’objectif est de donner aux personnes âgées des petits moyens pour les aider à faciliter leur quotidien. Et ces études ont montré des effets positifs encourageants sur la perte d’autonomie chez les sujets âgés et sur leurs fonctions cognitives, sur leur mémoire.
Nous nous sommes donc inspirés de ces travaux et ces équipes sont venues en France pour nous former et nous aider à concevoir le programme. Dans MAPT, la stimulation ne se fait donc pas au hasard. Le programme de l’intervention multidomaine est standardisé et doit être délivré aux personnes âgées participantes de la même manière quelle que soit la ville où ils ont été recrutées.

Une interview de Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences. Séquence "Les pieds dans le plat" de "Ça ne mange pas de pain !". Emission de mars 2010 "Alimentation et société : tout vieux, tout flamme".

Pour en savoir plus sur le Gérontopôle

Illustration. "Se souvenir des belles choses", un film de Zabou Breitman. 2002

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Une interview de Sophie Gillette, chef de projet et coordinatrice de la recherche au Gérontopôle Toulouse, par Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top