04/04/2013
Note de lecture, 4 Avril 2013
Nature du document: Notes de lecture

Vive l’agro-révolution française ! (note de lecture)

Après « le silence des abeilles » (2009) dans lequel Vincent Tardieu cherchait à comprendre les raisons de la disparition massive des précieuses petites « assistantes agricoles », le journaliste languedocien signe un nouveau livre d’enquête au long cours. Vive l’agro-révolution française ! s’adresse à tous ceux qui portent un intérêt à une agriculture durable ; il explore la diversité des systèmes agricoles respectueux de l’environnement qui sont aujourd’hui pensés, élaborés, vécus aux quatre coins de la France, toujours en se souvenant du contexte européen et mondial. Une note de lecture de Nicolas Geoffroy, stagiaire à la Mission Agrobiosciences.

Vive l’agro-révolution française ! est d’abord une histoire de rencontres. Rencontres entre un journaliste, Vincent Tardieu, et les agriculteurs ou les scientifiques qui cherchent des alternatives à un système agricole « productiviste » qu’ils jugent en faillite. Véritable trame de l’ouvrage, chaque visite se décline en autant de points venant illustrer tantôt un problème particulier, tantôt une piste singulière.
Malachite, incarnat, miel ou bleu saphir, chaque chapitre s’ouvre par une couleur, celle d’un animal ou d’une plante, emblématique des valeurs ou des cultures qui y sont décrites, ce qui n’est pas sans rappeler l’art héraldique. La première partie esquisse un bilan environnemental « alarmé » et revient ensuite sur les trajectoires et les expériences techniques innovantes. La deuxième partie procède à une approche plus systémique pour sortir de l’ornière : choix politiques ou choix de consommations, les différentes solutions sont ainsi envisagées.

Avec un souci du détail, l’ouvrage explore la diversité des agroécologies : agriculture biologique, agroforesterie, protection intégrée des cultures, agriculture de conservation, etc. Il s’agit de transformations profondes, dont certains agriculteurs -que l’auteur préfère appeler « paysans »- sont pionniers. Si l’agroécologie rompt avec les modèles établis, notamment l’agrochimie, elle ne s’apparente pas pour autant à un retour en arrière ; ce qu’explique, en filigrane, cet ouvrage. Par exemple, conduire de front la lutte biologique, tout en maintenant les rendements et en préservant la biodiversité nécessite une grande technicité et de solides connaissances scientifiques. De plus, c’est une démarche qui requiert de la conviction, si ce n’est un caractère bien trempé pour aller parfois à contre-courant des pratiques majoritaires. Nous résumerons ici deux chapitres illustrant ce livre.

Le lecteur sent, à la lecture du chapitre huit - « Et au milieu du champ poussait une futaie » -que Vincent Tardieu a une affection particulière pour l’agroforesterie : une agriculture qui procède par l’introduction d’arbres au milieu d’autres cultures, et cherche à concilier paysage et réussite économique, entre production de bois et de denrées alimentaires. Après des décennies où les arbres étaient dévalorisés, car considérés comme des obstacles, et où les règlements européens et nationaux n’encourageaient pas nécessairement à « bien » planter les arbres, Vincent Tardieu présente le regain d’intérêt que connaît l’agroforesterie à la française. Il relate ses rencontres avec des agriculteurs gersois qui investissent dans du bois, et sa visite dans le Dauphiné où l’arbre est perçu de longue date comme une « épargne ». En dépit des progrès réalisés, il s’interroge néanmoins sur le faible développement de l’agroforesterie et identifie plusieurs raisons telles que l’insuffisance des incitations des pouvoirs publics ou la lenteur de la recherche académique. A ses yeux, l’agroforesterie croît surtout lorsque le « terreau » culturel est propice. Convaincu par cette démarche comme par l’agroécologie dans son ensemble, Vincent Tardieu l’est certainement. Mais il n’oublie pas pour autant d’ouvrir la réflexion aux difficultés et aux freins que rencontrent les acteurs. De même, il fait preuve d’un certain esprit de contradiction, ou plutôt « de la concession de l’opposition » et ne laisse jamais une critique sans sa réponse.

S’insérant dans une deuxième partie plus politique du livre, et après un chapitre consacré à nos modes de consommations, le journaliste scientifique revient sur le projet de droit à l’alimentation. Si la part de nos budgets consacrée à celle-ci diminue sans cesse (atteignant 12,4 % du budget moyen français en 2008), la faim dans le monde continue à faire rage. C’est pour cette raison que vingt-quatre pays ont inscrit l’accès à l’alimentation dans leur constitution comme un droit opposable ; un moyen de lutter contre ce fléau multifactoriel. En bon journaliste, Vincent Tardieu a posé trois questions à Olivier de Schutter, rapporteur spécial aux Nations Unies pour le droit à l’alimentation, dont les positions en faveur d’une agro-écologie paysanne et pour le droit à l’alimentation semblent aussi pertinentes qu’audacieuses. Pour lui, « l’agroécologie n’est pas uniquement une question d’itinéraires techniques : c’est également une façon d’organiser les producteurs, de diffuser les approches nouvelles de manière horizontale et non pas seulement verticale comme cela se fait habituellement. »

Voilà donc un livre captivant qui a l’avantage de présenter dans ses dernières pages une description synthétique des différentes formes d’agroécologies abordées et une bibliographie bien étayée. Il ne se referme qu’après avoir ouvert d’intéressantes perspectives pour l’avenir, où agriculture, alimentation et préservation de l’environnement sont réconciliées.

Une note de lecture proposée par Nicolas Geoffroy, stagiaire à la Mission Agrobiosciences.

Vincent Tardieu, Vive L’agro-révolution française ! Editions Belin, collection Regards, 464 pages, 22 €.

Sommaire

Vincent Tardieu ; éditions Belin

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Le progrès : une idée à redéfinir Voir le site
  • Robotisation : obsolescence programmée du travail humain ? Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
  • [Oasis] Un système politico-institutionnel défaillant (2/3) Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top