18/12/2008
Françoise Maheux

L’agriculture a changé, qui va leur dire ?

Copyright Centre d’histoire du travail

"Les années 1960 furent riches en encouragements pour produire et produire toujours plus dans l’agriculture. Il s’agissait alors d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Dans les années 1970, la surproduction laitière atteignit des niveaux inégalés : on vendait le beurre de Noël à bas prix, pour vider les chambres froides qui débordaient. La décennie 1980 fut celle d’une restructuration passant par l’élimination des plus faibles : ceux qui ne savaient pas évoluer ni se montrer suffisamment compétitifs et performants. C’est cette descente aux enfers que nous décrit Françoise Maheux, conseillère en économie sociale et familiale au sein de la mutualité sociale agricole (MSA) de Loire-Atlantique.

Si les conseillers d’entreprise de la chambre d’agriculture furent alors chargés du suivi des « redressables », ce sont les travailleurs sociaux de la MSA à qui l’on confia les « non redressables ». Dure tâche que celle qui consiste à tenter d’offrir un peu de temps pour ne pas mourir tout de suite, de rafistoler pour maintenir momentanément la tête hors de l’eau, de bricoler au coup par coup, en donnant un petit conseil technique par ci, en entamant une négociation avec un créancier par là. Et puis, oser jeter à la face de l’agriculteur que son activité ne lui permet pas de faire vivre sa famille : ce qui rentre est insuffisant comme ressources, ce qui ne fait que l’endetter toujours plus. Mieux vaut établir un constat de faillite ; mieux vaut arrêter l’exploitation, sans n’avoir rien à proposer en échange. Mettre de l’ordre, mais quel ordre ? Être le rouage d’une mécanique destructrice en marche, être impuissante à renverser le cours des choses, ne pas être capable de porter la voix des plus faibles ? Et puis, encore, se heurter au refus de regarder la réalité en face : les vaines promesses aux créanciers, les médicaments pour endormir l’anxiété, le travail au noir pour gagner l’argent aussitôt englouti, mais surtout ne rien céder, garder la terre. Quelle capacité à se serrer la ceinture, à ne rien laisser transparaître, à garder tout pour soi, à espérer contre toute espérance !
Comportements en apparence irrationnels ou suicidaires : il a fallu à Françoise Maheux entrer tout doucement dans la culture paysanne, elle qui ne savait pas reconnaître la bonne de la mauvaise terre et ne connaissait rien de cette dépendance immémorielle aux pluies, au vent, au temps qu’il fait. C’est en leur hommage qu’elle a recueilli les paroles de ceux qu’elle a croisés, pour qu’elles ne meurent pas complètement dans l’oubli : un mot, une phrase, comme autant de traces de la plainte, de la honte, du désarroi, du silence aussi parfois ; conséquences de la perte du sens du métier, de l’identité, et des repères de toute une profession."
Jacques Trémintin, Lien social

"De 1985 à 1999, Françoise Maheux a, en tant que conseillère en économie sociale et familiale, été chargée par la Mutualité sociale agricole (Msa) de Loire-Atlantique de l’accompagnement social des agriculteurs en difficulté. Cette période a été marquée par la mise en place des quotas laitiers, diverses crises des viandes bovine et ovine, des sécheresses... Les agriculteurs ont en conséquence été particulièrement nombreux à se retrouver « en difficulté » et à se être confrontés aux spectres de la faillite, de la liquidation judiciaire, de la « cessation d’activité anticipée »...
À chaque fois, un drame humain : « même une préretraite à 55 ans peut être vécue comme un arrêt de mort pour celui ou celle qui sont tellement liés à un lieu, à des terres, à un devoir de transmission ».
Françoise Maheux a dans un premier temps considéré que ceux auprès de qui elle devait intervenir étaient « incompétents, décalés par rapport aux réalités et contraintes économiques ». Elle ne comprenait pas le caractère suicidaire de certains de leurs comportements.
Puis, petit à petit, elle a « vu autre chose : leur désarroi, quand pour eux "la misère grandit partout", la perte du sens de leur métier, la perte d’une identité, la perte de repères, la perte de confiance. Comment faire pour "y aller" sans avoir les moyens "d’y aller" ? Comment faire pour rester agriculteur aux yeux des autres, des organisations professionnelles agricoles et aux yeux des créanciers ? » Elle s’est en outre mise à douter du sens même de sa mission de conseillère.
« Nous ne faisons jamais que bricoler, du coup par coup, du rafistolage. Un petit conseil technique par-ci, une négociation avec un créancier par là...Débrouiller les papiers (...)
Le drame, c’est qu’il n’y a pas de solutions. Ce qu’on appelle des solutions n’en sont pas. Elles permettent seulement de gagner du temps.
Sauvegarder la scolarité des enfants, un minimum vital ou de survie, Un peu de dignité, un peu d’identité, une place dans un village. Et ce n’est même pas certain... »
Pour ne pas sombrer dans le découragement, Françoise Maheux s’est mise à noter des confidences et des détails de la vie courante que lui confiaient celles et ceux qu’elle visitait ainsi que les réflexions, les coups de colère ou la tristesse que cela lui inspirait. Ce « journal d’une conseillère » lui a fournit la matière d’une série de textes qui ont la forme de poèmes et, souvent, la force d’un coup de poing. Des drames y sont brossés en quelques lignes. La troisième personne alterne avec des citations exactes.
« Il faut être au cul des vaches pour comprendre.
En se moquant un peu, beaucoup... Elle affirme qu’elle n’hésitera pas à jeter dehors l’effronté(e) :
Celui ou celle qui viendrait lui parler un autre langage,
Un autre langage
que celui de la terre et des bêtes,
des pluies et du vent,
des sécheresses et du gel,
des maladies et des coups du sort,
de la réussite et du temps. »

Ce très bel ouvrage est dédié « à tous ceux qui sont "nés dedans" l’agriculture. À tous ceux qui en sont sortis le cœur meurtri. À tous ceux qui l’ont quittée soulagés. À tous ceux qui y sont restés trop longtemps étonnés d’avoir autant supporté. À ceux et celles qui ont décidé de rester. »
Alain Chanard, Transrural Initiatives n°328

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :

éd. du Centre d’histoire du travail

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top