29/06/2015
Contribution aux Controverses européennes de Marciac 2015

La diversité de l’agriculture est-elle encore possible, et à quelles conditions ?

Alors que la Mission Agrobiosciences a ouvert un appel à contributions jusqu’au 20 juillet afin d’alimenter en amont la réflexion sur la coexistence, thème des Controverses européennes de Marciac (28-29 juillet 2015), Jean-Pierre Bernajuzan, agriculteur, pose la question à sa façon : "La diversité de l’agriculture est-elle encore possible, et à quelles conditions ?" Lire son analyse ci-dessous et accéder aux autres contributions écrites et filmées...

La diversité de l’agriculture est-elle encore possible, et à quelles conditions ?

On constate que l’agriculture est de plus en plus spécialisée. Cela tient d’abord à la recherche d’une meilleure productivité. Meilleure productivité pour améliorer les recettes et les revenus des agriculteurs. Meilleure productivité pour améliorer le niveau de vie de l’ensemble de la population : la richesse d’un pays est d’autant plus grande que sa population peut dépenser pour autre chose que pour se nourrir.
Il est donc logique et nécessaire que les agriculteurs augmentent continûment leur productivité, tout en devenant de moins en moins nombreux. Jean-Christophe Debar (1) le signale à propos des paysans africains : l’agriculture traditionnelle, familiale, peut finalement maintenir les paysans dans la pauvreté !
Cette augmentation de la productivité agricole s’obtient par la spécialisation et la croissance des ateliers de production, ce qui réduit continûment encore la polyculture ; sur une exploitation cela peut
se concevoir, mais sur l’ensemble d’une région cela crée des déséquilibres qui peuvent être dramatiques à terme.

D’autre part, la mutation économique de la production tayloriste à la production polarisée avec ses métropoles, modifie les relations des territoires, et donc de l’agriculture, à l’économie générale.
Dans cette économie générale, mondialisée, l’agriculture française devrait exploiter ses meilleurs atouts, c’est à dire la qualité de ses productions, car elle sera toujours concurrencée par des productions standards, de moindre qualité, à moindre coût.
Et sans doute, c’est dans la production agricole de très haute qualité que la production industrielle peut être limitée.

La très grande concentration d’animaux est aussi une fragilité sur le plan sanitaire pour les fermes-usines. Plus on augmente le nombre d’animaux, plus il faut prendre de précautions sanitaires, plus il faut utiliser de médicaments de plus en plus performants, mais qui créent des résistances qui deviennent de plus en plus difficiles à surmonter : en définitive le gigantisme des élevages crée des problèmes qu’il a de plus en plus de mal à résoudre. Et l’on en revient à la diversité nécessaire...

Je lisais récemment chez Fernand Braudel, que c’était l’arrivée du chemin de fer qui avait mis fin aux disettes. Car auparavant, la difficulté des transports ne permettait pas, souvent, d’acheminer les denrées nécessaires à temps. La facilité qu’ont apporté les chemins de fer a résolu le problème : ceci pour dire que l’agriculture de proximité n’assure pas la sécurité alimentaire.

Il ne faut pas oublier non-plus que les territoires ruraux ne vivent plus depuis très longtemps en autarcie ou en autonomie, qu’ils s’insèrent dans l’économie générale. Il ne faut donc pas penser leur développement comme s’ils pouvaient avoir une dynamique propre, il faut l’articuler à celle de l’économie générale. Il me semble que le point crucial est l’articulation de la production agricole avec la distribution.
Étant donné que cette production ne peut exister que dans la mesure où elle atteint les consommateurs, que la vente directe est minime, qu’elle subit des transformations avant d’être achetée, il me semble que l’on ne peut entrevoir l’avenir de l’agriculture que par son insertion dans la filière des producteurs aux consommateurs ; en particulier pour situer la rémunération des produits
agricoles à un niveau rentable tout en représentant une augmentation minime pour le consommateur :
mais dans la chaîne de distribution actuelle cela semble impossible, les augmentations vont dans la
poche du distributeur...
A mon avis, la question cruciale, stratégique et névralgique, c’est d’étudier la façon dont la production agricole atteint les consommateurs, d’étudier la fonction des intermédiaires. C’est l’insertion dans l’ensemble de la filière qui déterminera l’avenir de l’agriculture dans ses modes et sa diversité.

Jean-Pierre Bernajuzan, agriculteur à la retraite

Retrouvez les contributions filmées sur AgrobiosciencesTV

Sur le thème « Nouveaux résidents et agriculteurs : la grande brouille ?

  • "On évite de travailler le week-end", par Roger Beziat. Cet agriculteur met en évidence la nécessité du dialogue et du partage pour redéfinir un espace commun, au sein duquel chacun trouve son compte.
  • Une coexistence de tranchée, par Michèle Gascoin, agricultrice et ancien maire de Cobonne (Drôme).
  • Sur le thème : Afrique, Le modèle paysan survivra-t-il à l’agribusiness ?Jean-Christophe DEBAR, Farm.

Et les contributions écrites :

Retrouvez le programme actualisé des Controverses européennes de Marciac

Télécharger le programme détaillé et le bulletin d’inscription (document interactif) des 21èmes Controverses européennes de Marciac



par Jean-Pierre Bernajuzan, agriculteur à la retraite

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top