prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Dans le cadre du Plateau du J’GO co-organisé par la Mission Agrobiosciences, le Restaurant le J’GO et Radio Mon Païs.
Pesticides, plastifiants et polluants environnementaux : une menace pour l’homme ? Le cas des perturbateurs endocriniens
Alimentation en débat : les Chroniques « Les Pieds dans le Plat » de la Mission Agrobiosciences.
www.agrobiosciences.org

La séquence « Les pieds dans le plat » du Plateau du J’Go de mars 2007, se penchait sur les perturbateurs endocriniens, ces molécules qui perturbent les systèmes hormonaux. Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ? A-t-on aujourd’hui des preuves formelles de l’action de ces substances ? Y a-t-il des risques pour la santé humaine ?
Voici quelques unes des questions que posait Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences à Daniel Zalko, Biologiste au Département Alimentation Humaine de l’INRA. Un entretien suivi d’un débat avec le public.

 

Introduction,
par Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences

J’ai voulu faire le point sur les perturbateurs endocriniens, suite à une série d’articles parus dans la presse depuis le mois de décembre 2006 sur la baisse de la fertilité humaine. En cause, les produits chimiques, en gros les pesticides et les plastifiants. Il faut dire que 100 000 de ces substances ont été introduites dans notre environnement depuis l’après guerre. Ce n’est pas rien. Nous allons parler ce soir du cas particulier, des perturbateurs endocriniens, un nom un peu barbare, pour désigner les molécules qui perturbent les systèmes hormonaux.
Ce qui est incontestable, c’est que depuis les années 60, dans les pays industrialisés, les spermatozoïdes sont de moins en moins actifs, le nombre de couples stériles ne fait qu’augmenter. En Midi-Pyrénées, en 20 ans, le nombre de cancer des testicules a doublé. On note même une féminisation de certaines populations, comme à Seveso, où depuis la catastrophe sont nées davantage de filles que de garçons. Voilà pour le constat.
Du coté de la réglementation européenne, la directive Reach, adoptée en décembre 2006, et destinée à nous protéger contre les risques des substances chimiques, semble très insuffisante à des associations comme Greenpeace, le WWF ou le Bureau européen des unions de consommateurs (1), qui dénoncent, on s’en serait douté, la puissance du lobby des industries chimiques. Ce soir, nous allons faire le point avec Daniel Zalko, biologiste au département Alimentation Humaine de l’INRA : quand on parle de perturbateurs endocriniens de quelles molécules s’agit il ? Quels désordres provoquent elles ? Est ce qu’on a des preuves scientifiques ? Est-ce que ces perturbateurs n’agissent que sur la reproduction ? Ou bien pourraient-ils être à l’origine d’autres maladies, comme celle d’Alzheimer, etc.

L’entretien. Avec Daniel Zalko. Biologiste au Département Alimentation Humaine de l’INRA

Sylvie Berthier. Pour commencer qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ?

Daniel Zalko. Un perturbateur endocrinien ou modulateur endocrinien est un xénobiotique, c’est-à-dire une substance qui n’est pas naturellement présente dans notre organisme (en clair, cela peut être un pesticide ou un composé chimique d’origine diverse, par exemple utilisé en industrie), qui va avoir des propriétés hormono-mimétiques, c’est-à-dire qu’il va pouvoir déranger les régulations hormonales normales chez l’homme, puis avoir des impacts sur sa santé.

A t-on aujourd’hui des preuves formelles de l’action de ces substances ?

Il s’agit d’une thématique de recherche un peu nouvelle, qui date d’une vingtaine d’années. Toutefois, on a maintenant des preuves irréfutables de l’impact de ces substances sur les populations animales très exposées à des composés chimiques.
Par exemple, dans des zones portuaires où les bateaux sont traités avec des peintures antisalissures, pour éviter que des algues ne s’y accumulent, les femelles de certains gastéropodes (les bulots) développent un pénis, sous l’action d’un produit chimique présent dans ces peintures.
Deuxième exemple, celui de certaines populations d’alligators en Floride. Là, au contraire, des composés chimiques, qui polluent abondamment certains lacs, vont agir sur les mâles qui, dotés d’un micropénis non fonctionnel, sont dans l’incapacité de se reproduire.

Il y a donc, pour la faune sauvage, une corrélation forte entre certaines molécules et des dérèglements hormonaux. Qu’en est-il chez l’homme ?

Chez l’homme, c’est évidemment plus difficile à prouver, puisqu’on ne peut pas exposer des populations et observer comment elles évoluent. Mais, nous disposons d’enquêtes épidémiologiques et d’un faisceau d’indicateurs qui nous permettent de dire que, oui, il y a des présomptions très fortes.
Aujourd’hui, on sait qu’il y a effectivement, chez l’homme, une baisse de la qualité du sperme. Et puis certaines pathologies sont en augmentation. Par exemple l’incidence de la cryptorchidie (non descente d’un testicule à la naissance chez le jeune enfant) augmente. De même pour le cancer du testicule dans de nombreux pays. Le problème, pour les chercheurs, est de savoir si on peut relier ces événements à une exposition à des produits chimiques. Eh bien, cela reste encore l’hypothèse la plus forte.

On parle beaucoup de perturbations de la reproduction. Y-a-t-il d’autres pistes de recherche sur d’autres pathologies possibles ?

Effectivement, quand on parlait des perturbateurs endocriniens, il y a dix ans encore, c’était surtout pour invoquer des composés « féminisants », c’est-à-dire des composés oestrogéniques. Aujourd’hui, la recherche sur les perturbateurs endocriniens se focalise principalement sur des pathologies du développement du foetus et de l’embryon, et d’autres cibles comme la régulation thyroïdienne. Et puis, de manière plus indirecte, le développement du système nerveux et même, peut-être, les régulations du système immunitaire qui est soumis, en partie, à des régulations par les hormones.

Ces dérégulations provoqueraient quels genres de maladies ?
L’exposition à certains composés, qui pourraient avoir une action anti-thyroïdienne durant la croissance in utero, pourrait entraîner des retards dans le développement comportemental ou moteur, ou le développement que l’on peut mesurer avec des tests du QI.

Quand on parle de pesticides, on voit bien comment les agriculteurs peuvent être contaminés. Mais comment cette contamination s’opère-t-elle pour les populations urbaines ? Par une accumulation de produits dans l’alimentation ? Par voie aérienne ? Par l’eau ? Trouve-t-on des perturbateurs endocriniens dans nos habitations ?.
Je crois que vous avez mentionné toutes les voies principales par lesquelles on peut être exposé. Ce peut être à la fois l’air, l’aliment et l’eau. Il faut rappeler que nous vivons sur une toute petite planète et savoir qu’une partie de ces pesticides ou autres produits chimiques peuvent voyager. On en a retrouvés, par exemple, au pôle Nord, à plusieurs milliers de kilomètres des industries qui les produisent.
Les humains, bien évidemment, sont exposés à l’accumulation de certaines molécules dans les aliments, des pesticides notamment, mais également par l’air. Si vous passez une éponge sur les vitres du J’Go, même si elles sont propres, vous y trouverez un certain nombre de composés qui sont utilisés dans des matières plastiques ou d’autres, des retardateurs de flamme, qui sont incorporés à des objets comme le tissu recouvrant ces chaises, pour les rendre moins sensibles au feu.
Notre environnement quotidien est donc baigné de perturbateurs endocriniens. C’est le cas de la plupart des plastifiants que nous utilisons, les stylos qu’on utilise tous les jours, les téléviseurs et même les Cdrom qui contiennent le polymère d’une molécule oestrogénique. Evidement, en bout de course, la plupart se retrouvent dans la chaîne alimentaire et nous les absorbons quotidiennement.

A vous écouter, on a le sentiment qu’on est surexposés et que l’on court tous plus ou moins ce risque de contamination. C’est une question de dose ?

La question de la dose est débattue, parce que ces produits ont une activité hormonale mais on ne peut pas dire qu’ils soient aussi actifs que des hormones naturelles. Reste la question des mélanges. Il faut savoir qu’aujourd’hui nous sommes exposés à plusieurs dizaines de produits. Nous avons dans l’organisme 300 à 400 polluants chimiques différents que l’on ne trouvait pas à l’époque de nos grands-parents ou arrière grands-parents, parce qu’ils n’existaient pas. La question qui se pose est l’effet de ce mélange sur la santé.

Que pensez-vous de l’argument des associations comme Greenpeace ou le WWF que l’industrie opère un lobbying puissant à Bruxelles pour limiter la réglementation ?

Ça peut se discuter. Les industries alimentaires n’ont pas forcément intérêt à ce qu’on retrouve dans les aliments des produits qui posent vraiment problème. En revanche, effectivement, au niveau des industries chimiques, il existe un lobbying assez puissant et systématique pour certains produits. Par ailleurs, des pesticides comme le DDT, par exemple, qui ne sont plus utilisés dans les pays occidentaux mais qui le sont dans les pays qui ont faim et qui se posent moins ce genre de questions que nous. Et puis, sur un certain nombre d’autres produits présents dans les plastiques qui représentent un gros marché économique.

Pour conclure, est-ce que vous prenez des précautions particulières ?

J’aimerais déjà préciser que le principal effort à mener consiste à estimer produit par produit si on peut se permettre de les garder sur le marché. Cette décision relève du politique. Elle n’incombe pas vraiment aux scientifiques. Nous, nous devons produire un certain nombre de données qui vont permettre aux politiques de prendre cette décision, d’arbitrer entre faits scientifiques et lobbying industriel. A mon niveau, je fais attention à ne pas utiliser trop de contenants plastiques, notamment lors du réchauffage au micro-ondes, parce qu’un certain nombre de composés peuvent passer dans l’aliment(1). Et puis, nous devons réfléchir à notre exposition, au quotidien, à des produits comme les pesticides : une bonne dose de ce qu’on absorbe vient du traitement de nos propres plantes d’intérieur ou de jardin.

Propos de table. Conversation

Michael Moisseff- (Biotechnologue. Spécialiste du Goût).
La plupart des anabolisants, comme l’androstanolone, pris par les sportifs, sont susceptibles de produire des cancers des testicules. Est-ce que ces données ont été prises en compte dans l’enquête épidémiologique ?

Daniel Zalko. N’étant pas médecin épidémiologiste et n’ayant pas réalisé ces études très précisément, je ne peux pas vous répondre. Nous, ce que nous regardons, ce sont les effets à long terme que peuvent avoir les polluants d’origine diverse présents dans nos aliments, sur les populations humaines. Cela veut dire que l’on va rechercher si ces composés, qui sont très faiblement hormono-mimétiques, vont avoir un effet. Et notre principal souci reste la période de la grossesse. Nous pensons que l’exposition d’un embryon, d’un foetus à certains composés chimiques peut, 20 ans plus tard, déclencher des effets.

Un intervenant du public. On parle beaucoup de produits chimiques, mais est-ce que des produits naturels peuvent avoir cet effet ? On sait depuis quelques d’années qu’un certain nombre de produits naturels ont des effets hormono-mimétiques. Je pense notamment aux personnes qui consomment en grandes quantités des produits à base de soja : ils ont une charge de composés oestrogéniques venant de leur alimentation qui est assez importante. Est-ce que ça peut avoir des effets néfastes ou bénéfiques sur la santé ? C’est en cours de discussion. Disons que, comme en toute chose, il vaut sans doute mieux éviter les excès.

Denis Corpet-. Directeur de l’équipe « Aliment et Cancer » de l’UMR INRA/ENVT Une question pour Daniel Zalko. Sylvie a rappelé que les écolos disent qu’on n’analyse pas suffisamment ces produits en profondeur... Daniel qu’en penses-tu ? Reach, c’est bien ou c’est pipeau ?

Daniel Zalko. Reach, pour nous, c’est une avancée. Il y a un certain nombre de produits chimiques qui se balladent dans l’environnement sur lesquels, même avec des tonnages relativement petits en production annuelle, il y a tout intérêt à mener des études. Pour un certain d’entre eux, on a vraiment besoin de données supplémentaires pour savoir s’ils sont dangereux ou pas.

Sylvie Berthier. Mission Agrobiosciences Une question aux chercheurs. Quand on fait des OGM qui produisent des pesticides, est-ce qu’on se pose la question de savoir ou d’évaluer si cette plante peut-être un perturbateur endocrinien ?

Joël Gellin-. Directeur de recherches à l’équipe « Génétique animale » INRA. Le terme plante-pesticide me gène. On peut effectivement imaginer fabriquer des PGM [Plantes génétiquement modifiées] qui fabriquent des insecticides, mais actuellement, par exemple, je n’ai pas l’habitude d’appeler le maïs qui résiste à la pyrale, plante contenant un pesticide. Il contient une substance mauvaise pour la pyrale.

Daniel Zalko. Je ne pense pas, en effet, qu’on puisse considérer ces plantes comme produisant des pesticides au sens où on l’entend habituellement. Les pesticides sont souvent des molécules organochlorées, qui ont des spécificités bien particulières en terme de cibles. Pour ces molécules-là, on en est au début des études d’évaluation en tant que perturbateurs endocriniens. Je crois que l’étape suivante sera de s’intéresser aussi à ce qu’il en est de certains médicaments."

(1) Lire à ce propos l’article paru dans le Monde du 5 mai "L’Europe va réévaluer le risque sanitaire des plastiques alimentaires"

Lire la conférence débat Alimentation et environnement : le cas des perturbateurs endocriniens- par Jean-Pierre Cravedi, directeur de recherche INRA au sein du laboratoire des xénobiotiques, expert à l’Agence européenne de sécurité sanitaire des aliments. Le chercheur débute son propos en donnant une définition des perturbateurs endocriniens. « Des substances qui, interférant avec les fonctions du système hormonal, risquent d’influer négativement sur les processus de synthèse, de sécrétion, de transport, d’action ou d’élimination des hormones »...Il rend compte de l’étendue du domaine. Edité par la Mission Agrobiosciences et le Conseil National de l’alimentation.

Lire la Conférence débat Alimentation et prévention du cancer- par Par Denis Corpet. Directeur de l’équipe "Aliment et Cancer" de l’UMR Inra-Envt. Notre façon de manger joue un grand rôle sur le risque de cancer. Comment le sait-on ? En comparant les cancers qu’ont les gens vivant dans différentes régions du monde. Alors, que faut-il manger, ou ne pas manger ? Qu’est ce qui favorise le cancer, ou l’empêche ? Denis Corpet fait le point sur ce que l’on sait, ce que l’on suppose et aussi ce que l’on ignore encore.Une Intervention qui a eu lieu dans le cadre des 4èmes Rencontres, mises en oeuvres par la Mission Agrobiosciences et organisées par le Conseil Régional Midi-Pyrénées.

(1) Voir l’article sur le site du Parlement européen « 30 000 substances chimiques bientôt testées et contrôlées- et lire l’article « Reach ou l’occasion manquée... »- émanant d’associations de consommateurs et écologistes.

Cette Chronique « Pesticides, plastifiants et polluants environnementaux : une menace pour l’homme ? Le cas des perturbateurs endocriniens
 » est une des séquences de l’émission "Le Plateau du J’Go", l’alimentation en questions, du 5 mars 2007. Accéder à l’Intégrale de cette émission

Accéder à toutes les publications « Alimentation en Débats du Plateau du J’GO.Un Télescopage de points de vue de scientifiques, producteurs et cuisiniers sur l’actualité de l’Alimentation et de la Société organisé par la Mission Agrobiosciences. En collaboration avec le bistrot du J’Go à Toulouse. Rencontres enregistrées et diffusées le troisième mardi de chaque mois de 17h30 à 18h30 et le troisième mercredi de chaque mois de 13h à 14h sur Radio Mon Païs (90.1).

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois
Cuisine et détention. "Cosa mangiare ?" (Qu’est-ce qu’on mange ?)
Consommation de viande en Inde : les « vacheries » des nationalistes (article revue de presse)
Salades, pesticides & Bisphénol A. Les éléments perturbateurs (article revue de presse)
Ingénieur de spécialisation "Innovations dans les Systèmes Alimentaires et Agroalimentaires du Monde" ou Mastère spécialisé "Innovations et Politiques pour une alimentation durable"
Les mercredis du Pavillon de la France - Exposition universelle de Milan
L’alimentation dans les maisons de retraite : Buffet froid…
Contaminants chimiques dans les aliments : quels effets à long terme ?
Glaner, est-ce voler ?
Diversité des systèmes alimentaires et changements globaux (annonce)
Levée des restrictions alimentaires en provenance du Japon : silence radio ?
Comment mangent les familles contemporaines ?
Capitalisme et surconsommation : l’organisation d’une faim déstructurée
Pourquoi cette peur au ventre ? Nouvelles obsessions alimentaires (Sélection d’ouvrage)
Etiquetage de la viande. L’origine pour seul cheval de bataille ? (article revue de presse)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr