prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Alimentation et société. 22 février 2013. A propos de la crise des lasagnes à la viande de cheval.
Crise des lasagnes au cheval. Traçabilité : pourquoi les produits transformés ont-ils été oubliés ?
Une interview de Pierre Sans, Docteur vétérinaire, docteur en sciences économiques, Délégué aux relations Internationales à l’ENVT


Depuis le début de l’affaire des lasagnes à la viande de cheval, un terme nouveau pour nombre de consommateurs a fait son apparition dans les articles et débats : le minerai de viande. Au-delà du caractère choquant de l’expression (étymologiquement la mine, le minéral) suggérant que l’animal instrumentalisé n’est plus qu’une simple « matière inorganique », dans une interview réalisée par la Mission Agrobiosciences Pierre Sans, docteur vétérinaire, docteur en sciences économiques, délégué aux relations Internationales à l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse, révèle les limites de la traçabilité de cet assemblage de petits morceaux de viande et de gras incorporé dans les produits transformés.

 

Traçabilité : pourquoi les produits transformés ont-ils été oubliés ?
Une interview de Pierre Sans, Docteur vétérinaire, docteur en sciences économiques, Délégué aux relations Internationales à l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse. Réalisée le 22 février 2013.

Mission Agrobiosciences. Comment réagissez-vous à tout ce que vous entendez sur cette affaire des lasagnes à la viande de cheval depuis deux semaines, voire plus ?
Pierre Sans. Je pense que beaucoup d’amalgames ont été faits, principalement entre les questions de traçabilité et les aspects sanitaires. En gros, cette affaire, c’est la faute des Roumains, des étrangers, des abattoirs étrangers. Et, finalement, cela s’avère faux. Ces confusions ne clarifient pas le problème.

Comment qualifiez-vous cette affaire et, selon vous, où est le problème ? Fraude, traçabilité, contrôles ?
En l’état actuel des informations dont nous disposons – d’autres documents doivent paraître très bientôt -, il s’agit clairement, selon moi, d’une fraude qui ne met pas en cause la traçabilité de la chaîne alimentaire, puisque l’on a réussi à remonter jusqu’aux abattoirs concernés, à reconstituer à la fois le circuit financier et le circuit physique de la viande, que les lots incriminés ont été identifiés et retirés. On est donc face à une tromperie grave du consommateur, en faisant passer une viande d’une espèce pour une autre et en modifiant l’étiquetage.
On ne sait pas encore exactement à quand remonte cette fraude, sans doute à plusieurs mois. Il y a donc certainement eu des contrôles insuffisants. Il faut dire que les services de contrôle disposent de moyens plutôt en baisse, et que leurs agents ne peuvent pas être 24h/24 derrière chaque opérateur, que ce soit dans l’agroalimentaire ou pour n’importe quel autre secteur économique. Par ailleurs, les réglementations actuelles s’appuient de plus en plus sur des systèmes de contrôle internes aux entreprises, avec des certifications privées. En cas de manquements des professionnels à leurs obligations, on en arrive à ce type de situation.

Après la crise de la vache folle, en 2001, vous avez dit que la traçabilité est « un principe simple, mais une procédure complexe ». Bien que de très nombreux progrès aient été réalisés depuis douze ans, le consommateur ne sait toujours pas d’où viennent les viandes dans les plats préparés.
Après la première et la deuxième crise de l’ESB, les dispositifs mis en place ont permis d’améliorer grandement la traçabilité dans les industries agroalimentaires, mais ils ont quand même laissé de côté un certain nombre de produits, dont les produits transformés.
Par exemple, l’étiquetage européen de la viande bovine non transformée destinée aux consommateurs informe sur l’origine de l’animal et le lieu d’abattage et de découpe. En France, le consommateur dispose également d’informations sur le cheptel de provenance (vache laitière ou issue d’un troupeau allaitant) et sur la catégorie d’animaux (vache, jeune bovin…).
Mais ce type d’étiquetage ne s’applique pas aux produits transformés et aux plats cuisinés, car ces produits issus de l’industrie agroalimentaire, beaucoup plus complexes, contiennent très souvent des viandes provenant de différentes carcasses dont les caractéristiques ne sont pas toujours identiques. Par exemple, pour fabriquer une tonne de minerai, on va utiliser des parages de muscles provenant de carcasses tracées mais d’origines différentes : des vaches laitières françaises, des taurillons venant d’ailleurs et d’autres types de bovins encore. Et, c’est vrai, on ne donne pas cette information au consommateur.
Mais imaginons que l’on veuille ne fabriquer du minerai qu’à partir d’un type de produits (par exemple uniquement des vaches laitières françaises), cela complexifierait et rendrait le process de fabrication bien moins souple pour l’industriel. Et sur des produits aussi transformés, est-ce vraiment une attente forte des consommateurs ? Je n’en suis pas persuadé.

Vous avez employé le terme de minerai [1] que nous découvrons à l’occasion de cette affaire. Un terme très étonnant...
Le minerai consiste en l’extraction d’une matière première pour en faire autre chose que ce soit du minerai de charbon ou du minerai de viande. Dans le langage professionnel, ce terme n’est pas nouveau. Quand une industrie fait de la découpe, pare des masses musculaires, il reste des petits morceaux de muscle et de gras qui sont commercialisés sous forme de cubes de petite taille, par exemple, et qui entrent dans la fabrication de produits transformés (plats cuisinés, saucisses de Strasbourg…).

Concernant les circuits économiques, on entend de plus en plus qu’il faudrait revenir à des circuits quasiment nationaux. Cela paraît choquant qu’on aille chercher une partie de la viande en Roumanie ou ailleurs. Cette internationalisation des circuits, elle vous choque, elle vous paraît normale ? Sachant qu’elle reste communautaire, apparemment.
A mon sens, à partir du moment où les garanties sanitaires sont respectées et que les outils sont conformes, je ne considère absolument pas cela comme choquant. La France exporte beaucoup d’animaux et de produits agroalimentaires, dans l’UE et ailleurs. On peut aussi comprendre que toute l’alimentation des Français ne soit pas exclusivement constituée de produits français. Effectivement, dans cette affaire la viande reste communautaire. Mais, le problème, comme on vient de la voir, c’est qu’elle concerne des produits transformés dans lesquels la viande, qui n’est qu’un ingrédient, n’est pas garantie d’origine France, ni d’aucune autre origine d’ailleurs.
Au-delà de la traçabilité, qui concerne la technique et les outils dont on dispose pour véhiculer l’information, la question est de savoir quelles sont les informations pertinentes à tracer et à amener jusqu’au consommateur. Avec cette limite-là : plus on voudra donner d’informations au consommateur, plus cela aura de répercussions sur l’amont, aussi bien sur les pratiques des industriels que sur les catégories d’animaux demandées par l’industrie d’abattage et de découpe.
Je ne dis pas qu’il faut acheter à l’étranger, mais il faut être conscient que si l’on voulait imposer une origine France à toutes les viandes incorporées dans les plats cuisinés, ça ne se ferait pas d’un claquement de doigts, du jour au lendemain.

Interview de Pierre Sans, Docteur vétérinaire, docteur en sciences économiques, Délégué aux relations Internationales à l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse. Réalisée par la Mission Agrobiosciences, le 22 février 2013.

Lire aussi sur le site de la Mission les Cahiers publiés en décembre 2001

- L’industrialisation de la production des viandes : marketing, transparence, traçabilité
- Information des citoyens et mise en débat : jusqu’où aller et comment ?

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société, Cancers et alimentation, Obésité : le corps sous pressions ; Le consommateur, l’alimentation et le développement durable et Lutte contre la faim : analyses, décryptages, leviers d’action. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1L’origine du mot minerai vient de la mine, donc minéral. Pour Jocelyne Porcher, l’animal d’élevage n’a pas toujours été la chose brute à laquelle il est quasiment réduit aujourd’hui : un minerai (minerai de volailles, de porcs, de chair) utilisé dans l’industrie agroalimentaire pour désigner les volumes des éléments de découpe utilisés pour fabriquer les viandes hachées. Pour la directrice de recherches à l’Inra, spécialiste des relations homme-animal, dans les systèmes industriels de travail « À partir du milieu du 19e siècle en France, la zootechnie l’a déconstruit en tant qu’animal et en a fait une « bête » : chose, outil, matière, minerai. ». Source : « L’animal d’élevage n’est pas si bête », Ruralia, 2004 http://ruralia.revues.org/971

 

Dans cette rubrique

A propos de l’épidémie de Nash : soda blues
Viandes et cancers : des liaisons vraiment dangereuses ?
Embargo sur les produits alimentaires : des Russes et des ruses ?
Alimentation des plus pauvres : l’insoutenable légèreté de l’aide ? (entretien original)
Mangez, Pierre Weill s’occupe du reste !
Alimentation et société
Étiquetage, contrefaçon, hygiène : le cœur au bord des lèvres

La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Mai 2014
Commerce équitable. "Le respect des droits humains ne relève ni de la bienveillance caritative, ni du volontarisme civique" (entretien original)
Peut-on réduire les inégalités ?
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Avril 2014
A propos du Conflit de canard...
Grande distribution : l’impossible régulation ?
Aide alimentaire : et si on pensait différemment le système ?
Nous avons besoin de symboliser la nourriture (Entretien)
Alimentation : gardons-nous de toute tentative normative (Entretien)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr