prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Vient de paraître dans le cadre de "ça ne mange pas pain", octobre 2010.
On ne badine pas avec labour (chronique originale)
Ces courants qui maudissent l’invention de l’agriculture.
Les premiers agriculteurs. copyright : 1er degré Museum

Au regard d’un dénommé Jared Diamond, un biologiste et géographe de l’Université de Californie, quelle est « la pire erreur de l’humanité » (l’expression est de lui) ? La bombe atomique ? Un truc de petit joueur. Les guerres mondiales, les massacres, les génocides ?… Fétus de paille que tout cela. Non, il y a beaucoup plus monstrueux. Une aberration qui a dénaturé la planète il y a quelque 10 000 ans : l’invention de l’agriculture au début du néolithique par des hominidés forcément dégénérés. Las, cette assertion fait des émules dans bon nombre de pays développés, où anarchie, écologie radicale et eugénisme font parfois bon ménage. Une chronique de Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences, dans le cadre de l’émission spéciale "On n’est pas des sauvages : des nouveaux primitivismes au régime préhistorique. A écouter sur les ondes de Radio Mon Païs, mardi 19 octobre 2010, de 19h à 20 h et mercredi 20 octobre 2010, de 13h à 14h.

 

Délires d’hurluberlu ? Peut-être, mais J. Diamond n’est pas isolé et ses livres de vulgarisation ont fait un tabac, notamment Effrondrement (traduit en français en 2006) qui porte sur les civilisations disparues.
Avec ce type de raisonnement, impossible de vous racheter une bonne conscience en consommant des produits bio ou, en locavore averti, en achetant chaque semaine votre panier de légumes à l’AMAP du coin. Car il ne s’agit plus de conspuer l’agribusiness, les OGM ou les pesticides. Pour Jared Diamond et ses émules, la critique du progrès et des techniques est bien plus radicale, au sens propre : elle s’en prend à la racine du mal. A un péché originel qui nous a chassés de l’Eden, le jour où nous eûmes cette idée saugrenue de cultiver des plantes et de domestiquer des animaux, plutôt que de s’escrimer à cueillir des baies et à chasser l’auroch.

Lisons la prose de ces fondamentalistes, par exemple un article sur le site l’Arpent nourricier, intitulé la malédiction néolithique du labour : « Pendant deux millions et demi d’années, nous avons vécu en petites bandes ou tribus, cueillant et chassant notre nourriture. Avec des paniers et des outils de pierre, d’os, et de bois nous parcourions la forêt, nous fondant gracieusement au sein des écosystèmes de la Terre. Puis vers 8 000 av. J.-C. nous commençâmes la transition vers l’agriculture, cultivant et stockant notre propre nourriture. Cela changea tout. Sans doute, il n’y a eu que deux phases fondamentalement différentes de l’existence humaine : avant et après l’agriculture. »
Bigre. Le déclin de l’humanité aurait ainsi commencé dès l’Age de Pierre. Le raisonnement est implacable, bien qu’émaillé d’erreurs au plan scientifique : alors que les sociétés de chasseurs-cueilleurs étaient fondées sur le nomadisme et le partage équitable, l’agriculture non seulement a enclenché un processus inéluctable de déforestation et de désertification, mais a creusé le sillon du capitalisme : la sédentarisation et le stock de la nourriture ont entraîné l’apparition de la propriété, la formation des inégalités, les conflits, l’exploitation de l’homme par l’homme et j’en passe.
Ne songez pas à objecter que cela a peut-être favorisé une meilleure alimentation… C’est tout le contraire : à long terme, nous nous sommes mis à adopter un régime « inadapté à nos gènes » (sic), d’où le développement des maladies qui nous gangrènent depuis des millénaires. A court terme, cela a provoqué un accroissement démographique – là encore, une donnée controversée - qui engendre la surpopulation actuelle, qui elle-même épuise la planète… la boucle est bouclée.

Je le disais, Jared Diamond n’est pas isolé : on retrouve ce type de raisonnement, dès les années 70, chez des écologistes radicaux et quelques chercheurs, ou du moins prétendus tels, comme le microbiologiste Fukuoka au Japon. Et chacun y aller de sa solution : les uns préconisent un mouvement de résistance visant à accélérer la fin de la civilisation, en cessant notamment toute aide en direction des plus pauvres, merci Malthus. Tandis que d’autres prônent le « réensauvagement » pour se préparer à la post- civilisation.
Comme il faut quand même manger, la plupart tolère l’horticulture mais, sachant que la nature seule sait ce qui doit pousser, où et quand, pas question de labourer et de désherber. On se demande même si on a le droit de semer. Bref, l’idéal, c’est le non-agir et le retour au tribalisme. Pas si simple, d’où cette préconisation, je cite là encore : « À un certain moment, les quelques groupes de chasseurs-cueilleurs survivant sur la Terre pourraient peut-être servir de mentors plutôt que d’objets d’études académiques. »

Que l’herbe ait été plus verte au paléolithique est déjà contestable, mais ce n’est pas là le plus important. En fait, ce qui sous-tend ce discours est révélateur de tendances à l’œuvre depuis plusieurs années, chez des tenants jusqu’au-boutistes de la décroissance et les théoriciens de la deep ecology : pour eux, l’enjeu n’est pas tant de critiquer le capitalisme – pourtant il y a là déjà de quoi faire – que de diffuser une idéologie de l’origine, du commencement absolu où tout n’est qu’ordre, beauté et… pureté. Anti-humanistes, teintés d’eugénisme, si ces courants exaltent les communautés traditionnelles, c’est qu’elles s’inscriraient dans un ordre naturel sacralisé. Quant à la société, exit la notion de culture au profit de l’organique : elle est un corps initialement sain que la science et la technique pervertissent, que toute modernité vient corrompre. Dès lors, toute idée de progrès devient rétrograde : nous voilà dans l’ère des « rétrovolutions », pour reprendre le titre du livre de l’anthropologue Jean-Loup Amselle, interviewé au cours de cette même émission par Sylvie Berthier (Rétrovolutions : Essai sur les primitivismes contemporains, Stock. )

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Huile de palme et Nutella, ces débats qui font tâche...
Alimentation et société. Glanage : quand les glaneurs se passent de blé (chronique originale)
Alimentation et société. "Jardins ouvriers, familiaux, collectifs. Ces mots qui prennent racine" (interview originale)
Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? (interview originale)
L’innovation s’accroche aux branches (interview originale)
Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)
L’épicerie mozabite (chronique originale)
Aux tables de la frugalité (entretien original)
La frugalité pour nouvelle religion ? (entretien original)
Les scouts sont de grands sportifs ! (chronique originale)
La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ? (entretien original)

Les contre-performances des boissons énergisantes (interview originale)


Nutrition et activité physique : on ne joue pas tous dans la même catégorie (entretien original)
Les athlètes de l’Antiquité à nos jours : Les champions de la grande bouffe. (chronique originale)
Alimentation-santé : quand Bleu Blanc Cœur veille aux grains (interview originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr