prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Vient de paraître. Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !". Février 2010
Alimentation et société. "Cuisiner Dessaint : les aveux d’un écrivain" (Interview originale)
Une interview de Pascal Dessaint, auteur de romans et nouvelles

En février 2010, les chroniqueurs de "Ça ne mange pas de pain !" conviaient à leur table, plasticien, designer, auteur de théâtre et de romans et même un chef cuisinier pour explorer, le temps d’un festin, les relations entre les arts et l’alimentation.
Pour cette occasion, Jacques Rochefort, de la Mission Agrobiosciences, a revêtu son imper de commissaire et s’en est allé cuisiner l’écrivain, auteur de polars et de romans, Pascal Dessaint. Une interview où l’on parle pêle-mêle de pot-au-feu, d’éveil à la nature et de chasse aux papillons...

 

"Cuisiner Dessaint : les aveux d’un écrivain"
La revue littéraire. Émission de février 2010 de "Ça ne mange pas de pain !" : "Le festin des muses".

Jacques Rochefort : Pascal Dessaint, bonjour. Vous êtes l’auteur de très nombreux ouvrages, pour l’essentiel édités chez « Rivages ». On commencera par le premier qui lui n’était pas, je crois, édité chez « Rivages », « Les Paupières de Lou ».Vous avez ensuite écrit « Du bruit sous le silence », avant d’ouvrir le cycle « Félix Dutrey », de « Mourir n’est peut-être pas la pire des choses » à « Tu ne verras plus », sans oublier « Cruelles natures », votre dernier livre et, à paraître, le 3 mars, « Les derniers jours d’un homme ». Vous avez été primé très souvent : 1997 « Prix Mystère de la critique », en 2000 le « Grand prix de littérature policière », en 2006 le « Grand prix du roman noir français » au Festival de Cognac et pour finir, le « Prix mystère de la critique » en 2008.
Cette émission est consacrée aux questions culinaires. Quelle place accordez-vous à la cuisine dans vos romans ?
Pascal Dessaint : Les personnages sont des humains. Ils sont de fait soumis aux mêmes lois biologiques que n’importe quelle espèce et comme elle, ils ont besoin de se nourrir. Il faut toutefois reconnaître qu’ils y consacrent peu de temps, exception faite de Félix Dutrey qui, dans « Du bruit sous le silence », prend le temps de se préparer un pot-au-feu. Mais de manière générale, on s’installe peu pour manger dans mes livres, on y observe plutôt le monde.

Autre aspect important de votre écriture qui s’est accentué au fil des ans : la préoccupation écologique. Comment s’est fait le cheminement ?
Ce cheminement est le fruit d’un glissement naturel, cette préoccupation écologique ayant toujours été présente dans mes livres, à l’image de mon premier roman publié en 1992, « Les paupières de Lou ». Par exemple dans « Une pieuvre dans la tête », le commissaire de police Desbarrat attend le retour d’un oiseau rare et migrateur, le milan noir [1] , tous les ans en mars, au même endroit, sur le Pont Neuf à Toulouse. D’ailleurs, l’animal vient souvent révéler un trait de caractère ou de folie d’un personnage : la mygale dans « Bouche d’ombre », les escargots dans « A trop courber l’échine ». Il était donc évident que la nature prendrait une place croissante jusqu’à devenir la matière principale de mon travail.
Le déclic s’est opéré lorsque j’ai entendu qu’une espèce végétale ou animale disparaissait toutes les 20 minutes, selon un rythme effroyable et largement supérieur à la normale, si tant est qu’il en existe une. C’est à ce moment-là que je me suis décidé à mettre mes préoccupations écologiques en action d’un point de vue littéraire.
Enfin, je me suis éveillé conjointement à la nature et à la littérature, vers l’âge de 10 ans puisque c’est alors que j’ai fait mes premiers pas d’ornithologue et que j’ai découvert les écrivains qui marqueront mon parcours.

Pouvez-vous citer quelques-uns de ces auteurs ?
Il s’agit principalement d’auteurs classiques - Emile Zola, Guy de Maupassant, ou encore Boris Vian – même si je découvre également d’autres écrivains plus "inattendus" comme par exemple Jerzy Kosinski, et son « L’oiseau bariolé », un livre effroyable sur le destin d’un jeune gitan dans l’Europe nazie. C’est également à cette époque, alors que je vis dans un milieu industriel [2] , que je prends conscience de la force de la nature, de son mérite. Bien que malmenée, elle parvient quand même à résister.... jusqu’à un certain point.

Il y a aussi l’histoire d’un trek dans les Pyrénées avec un bœuf qui est, me semble-t-il, un moment important. [NDLR : randonnée pyrénéenne en compagnie de l’écrivain Rick Bass sur les traces des derniers ours bruns où les auteurs rencontrent un troupeau de vaches]

Oui il s’agit d’un événement important. A un moment donné de mon travail d’écrivain, je me suis nourri de cette littérature qui place la nature comme sujet central, et j’ai lu les ouvrages de Jim Harrison et de Rick Bass. Et s’ils sont tout deux proches de la nature, leurs postures respectives diffèrent, Rick Bass s’inscrivant dans une démarche plus militante. Par la suite j’ai rencontré ces auteurs, noué une relation d’amitié et finalement nous avons réalisé ce voyage dans les Pyrénées ariégeoises sur la trace des derniers ours bruns. « Sur la piste des derniers grizzlis » pourrait-on dire, pour paraphraser le titre d’un ouvrage formidable de Rick Bass.

Dans « L’appel de l’huître » qui me semble justement un peu emblématique de cette prise de conscience écologique, une critique du comportement consumériste apparaît.
Effectivement. Contrairement aux apparences, la consommation telle qu’elle est pratiquée dans nos pays "opulents", où nous avons beaucoup de chance par rapport à d’autres contrées de cette planète, est confortable mais cela peut aussi nous mener à notre perte. Terrible constat auquel répond le caractère superflu de nos sociétés modernes, que je qualifierais de pathétiques. Ainsi lorsque que je regarde les humains – mes contemporains donc -, je suis consterné par ces comportements consuméristes, fortement encouragés par les lobbys pétroliers, de téléphonie, de technologie de pointe... Ceux-ci savent parfaitement comment nous inciter à consommer toujours et encore plus. Hier, les télévisions avaient des écrans ronds, désormais ils sont plats. Quelle astuce trouveront-ils demain pour nous amener à remplacer notre télé ? Finalement, on finit par consommer par pur réflexe, sans même questionner ces actes, sans prendre un peu de recul. Personnellement, je séjourne de temps en temps dans les Pyrénées, dans une cabane qui n’a ni eau, ni électricité, ni téléphone puisque les portables ne captent pas. Alors entendons-nous bien : il ne s’agit pas d’un appel contre la modernité ou pour un retour aux sources. Mais ce faisant, on s’aperçoit que nous avons besoin de peu de choses pour être des humains.

Justement, faites-vous attention à ce que vous mettez dans votre assiette ?
Oui, nous faisons attention, autant que faire se peut. A la maison, il y a des poules donc les œufs sont, à priori, sains. Il y a également un potager ainsi qu’un compost et un tas de bois afin de favoriser la présence de certains insectes utiles à l’équilibre et la bonne conduite du jardin. Mais je dois reconnaître que manger des produits de qualité présente un certain coût et qu’il ne faut pas non plus verser dans une forme d’intégrisme du "tout bio". Même s’il s’avère difficile d’être systématiquement attentif – on ne peut pas avoir l’œil partout -, il me semble par exemple aberrant d’acheter un produit bio importé de Chine, lequel possède forcément une empreinte écologique considérable. Ainsi j’ai été sidéré de rencontrer ce type de produits « made in China » dans un magasin bio l’autre jour. Il y a un juste milieu à trouver. Et puis il y a des aliments chimiques qui sont bien agréables à manger. Non, je plaisante.

Pour en revenir à votre travail d’écrivain, comment écrivez-vous, c’est-à-dire, comment se fait l’élaboration d’un roman ? Avez-vous une astreinte régulière ?
Je pense que le travail d’écriture est impossible sans une certaine rigueur. Il faut dans un premier temps se concentrer puis s’atteler à la tâche. Écrire nécessite du temps, surtout lorsque l’on se soucie du style et de son adéquation avec le sujet et les personnages. C’est un travail qui requiert une grande patience, qui s’inscrit dans le prolongement d’une réflexion menée en amont, y compris dans une forme inconsciente.
Dans ce travail de maturation, les images s’impriment dans notre cerveau sans que l’on en soupçonne, dans un premier temps, ni l’intérêt, ni la portée. Puis, d’un coup, elles sont l’évidence même et, telles une pièce de puzzle, viennent s’imbriquer parfaitement dans le canevas du texte que vous êtes en train d’écrire. L’écriture, c’est d’abord la vie, l’enrichissement de la vie dont la matière peut venir nourrir par la suite votre travail. Mais cette nécessité de la matière ne doit pas prendre la tournure d’une chasse aux papillons : il ne s’agit pas de traquer la bonne idée ou de n’observer les gens que pour dénicher ceux qui feraient un bon personnage. Il convient plutôt d’être réceptif aux êtres, aux lieux, à toutes ces choses qui viendront, peut-être, à un moment donné, enrichir l’écriture. Ce processus renferme quelque chose de mystérieux, de magique.
Bien évidemment, certaines choses sont réalisées à des fins utiles. Par exemple, tout récemment, je me suis rendu dans les Pyrénées pour accompagner un apiculteur dans les transhumances des abeilles d’automne et, ce, en vue d’un roman. C’est l’une des parties les plus intéressantes de ce travail car, par la suite, on passe de longues heures devant son ordinateur, ce qui peut s’avérer être très ingrat. Il y a des jours où vous écrivez avec beaucoup d’allant et un certain contentement et d’autres où, à l’inverse, vous n’allez pondre que cinq lignes. Vous me direz que cela fait toujours cinq lignes de plus, l’essentiel est là. Certes. Cela ne doit pas nous faire oublier qu’il s’agit avant tout d’un travail lent dont la patience est l’un des piliers.

Quand décidez-vous que c’est fini ?
Je me laisse guider par mon intuition. A un moment donné, une chose se termine par la logique même du récit. Les personnages sont arrivés au bout de quelque chose. Il faut alors trouver la manière de les extraire du cadre, d’orchestrer leur sortie avant que, comme au théâtre, le rideau ne tombe.

Entretien réalisé par Jacques Rochefort, Mission Agrobiosciences. Émission de février 2010 de "Ça ne mange pas de pain !" : "Le festin des muses"

Accéder au site de Pascal Dessaint

Illustration. "Les derniers jours d’un homme", de Pascal Dessaint, Ed. Rivages 2010.

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- Quand la ripaille laisse place au culte du corps dans le roman français. Trois questions à Eric Floury de la librairie Floury-Frères à Toulouse. Entretien réalisé le 7 avril 2008 dans le cadre de l’émission « Ça ne mange pas de pain ! ». (Intégrale PDF)
- "Faut-il réintroduire l’Homme dans la nature ? Les risques d’une fracture écologique" (Publication originale). Conversations de Midi-Pyrénées. Avec le point de vue introductif de Georges Rossi, géographe, et la contribution des étudiants de Sciences Po Toulouse
- On a bio dire : quel méli-mélo !". L’Intégrale de "ça en mange pas de pain !", de mai 2008. Le bio sous toutes les coutures : histoire, rapport à la nature, effet sur la santé, imaginaire du mangeur bio... Télécharger l’Intégrale PDF
- La société de consommation face aux défis écologiques.. Sélection d’ouvrages réalisé par Edwin Zaccaï et Isabelle Haynes.
- « Fooding®, flou dingue ou vraie cuisine ? ». Chronique suivie d’un entretien réalisés le 4 décembre 2006 dans le cadre de l’émission « Ça ne mange pas de pain ! ». (Intégrale PDF)

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1Le milan noir (Milvus migrans)est un grand rapace d’Europe, migrateur venu d’Afrique durant la saison chaude. La population européenne du Milan noir a fortement régressé depuis les 20 dernières années.

[2Ndlr : Pascal Dessaint est né à Dunkerque et a grandi à Coudekerque-Branche.

 

Dans cette rubrique

Huile de palme et Nutella, ces débats qui font tâche...
Alimentation et société. Glanage : quand les glaneurs se passent de blé (chronique originale)
Alimentation et société. "Jardins ouvriers, familiaux, collectifs. Ces mots qui prennent racine" (interview originale)
Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? (interview originale)
L’innovation s’accroche aux branches (interview originale)
Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)
L’épicerie mozabite (chronique originale)
Aux tables de la frugalité (entretien original)
La frugalité pour nouvelle religion ? (entretien original)
Les scouts sont de grands sportifs ! (chronique originale)
La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ? (entretien original)

Les contre-performances des boissons énergisantes (interview originale)


Nutrition et activité physique : on ne joue pas tous dans la même catégorie (entretien original)
Les athlètes de l’Antiquité à nos jours : Les champions de la grande bouffe. (chronique originale)
Alimentation-santé : quand Bleu Blanc Cœur veille aux grains (interview originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr